Le service de streaming d'Apple pourrait coûter 15 dollars par mois

Le service de streaming d'Apple pourrait coûter 15 dollars par mois
Le service de streaming d'Apple pourrait coûter 15 dollars par mois - © Apple

On a longtemps cru que le service de streaming d'Apple, qui viendra jouer sur le terrain de Netflix dans les mois à venir, serait proposé gratuitement. Mais selon de nouvelles rumeurs, il pourrait non seulement être payant, mais être plus cher que la concurrence.

C'est Tim O'Shea, analyste pour la firme Jefferies, qui annonce que l'abonnement à la future plateforme de streaming vidéo d'Apple pourrait être vendu comme n'importe quel autre produit de la marque à la pomme. C'est-à-dire plus cher que la concurrence. On le sait, Apple pratique très souvent des prix élevés. Mais dans le cas de ce service de streaming, cela semble quelque peu démesuré. 

Non seulement les séries et films exclusifs à la plateforme ne sont pas encore tous connus, mais surtout, il y a de fortes chances qu'Apple peine à rivaliser avec l'énorme catalogue de Netflix, du moins à ses débuts. Est-ce que le public d'Apple, qui possède souvent plusieurs appareils (Mac, iPhone, Apple Watch, Apple TV etc...) se laissera convaincre ? Est-ce qu'Apple offrira les premiers mois, comme c'est le cas avec Apple Music ? Et est-ce que cette prédiction de Tim O'Shea ne concerne pas une offre groupée, qui proposerait à la fois la partie vidéo et la partie audio, avec Apple Music ? Il faudra attendre le 25 mars prochain, date de la future Keynote d'Apple, pour obtenir, on l'espère, toutes les réponses à ces questions. 

À ce prix, O'Shea explique également que si le service arrive à séduire 250 millions d'abonnés d'ici 2023, cela ne représenterait que 5% des revenus de l'entreprise sur toute l'année. À titre de comparaison, Netflix compte 139 millions d'abonnés en 12 ans. On comprend donc qu'Apple souhaite s'y retrouver financièrement, d'autant que la production et la distribution de contenus vidéo coûte bien plus cher que de la musique. Reste à savoir si le public visé, qui possède probablement déjà un abonnement Netflix, sera prêt à voir sa facture "streaming" gonfler considérablement.