Le FBI a payé près d'un million de dollars pour faire déverrouiller un iPhone

Le FBI a payé près d'un million de dollars pour faire déverrouiller un iPhone
Le FBI a payé près d'un million de dollars pour faire déverrouiller un iPhone - © Chip Somodevilla - Getty Images

Les services d'investigation américains ont déboursé 900 000 dollars pour accéder aux données d'un iPhone verrouillé, qui était une pièce à conviction dans une affaire de terrorisme.

Déverrouiller un iPhone sans en connaître le code n'est pas chose aisée. C'est même pratiquement impossible. Apple fait de la sécurité de ses appareils un argument marketing, au point où la société est devenue intransigeante sur ce point. L'affaire dite de "San Bernardino" avait affolé la presse il y a quelques mois. Une affaire de terrorisme qui a pris des allures de guerre sainte entre le gouvernement américain et Apple, ouvrant le débat sur le respect des données privées.

Le FBI veut ouvrir, Apple veut fermer

D'un côté, le FBI et le gouvernement du pays qui prônent pour la création d'un accès dérobé dans les logiciels des appareils, pour pouvoir récupérer les données des smartphones concernés dans des affaires criminelles. En face, Apple, qui refusait catégoriquement de créer cette "backdoor", de peur (justifiée) de voir des hacker s'emparer de cette faille pour accéder aux données des utilisateurs d'iPhone.

Une solution trouvée à l'extérieure 

L'affaire a duré des semaines, poussant le FBI et la marque pommée dans une guerre de communication. Apple ne voulant rien entendre, le "Federal Bureau of Investigation" est allé trouver la solution ailleurs. Des hackers ont réussi à décrypter une partie des données stockées dans l'iPhone du terroriste, en échange de 900 000 dollars, que la sécurité américaine s'est empressée de débourser. 

Depuis cette histoire, les deux camps sont restés sur leurs positions, Apple ayant même entrepris de renforcer la sécurité sur plusieurs de ses services web. Et le FBI semble vouloir réutiliser cette technique sur d'autres appareils.