Le "drone à seflie" s'écroule

Le "drone à seflie" s'écroule
Le "drone à seflie" s'écroule - © Tous droits réservés

Présenté comme l'objet tendance il y a quelques mois, le produit se révèle être un flop retentissant.

34 millions de dollars avaient été investis dans un drone qui suit son propriétaire partout. L'idée était de pouvoir le prendre en photo de manière automatique. Une idée qui avait emballé les foules au moment de son annonce, mais qui n'a finalement jamais trouvé son public.

Grâce à la reconnaissance de forme et d'objets, le drone était capable de suivre n'importe qui à la trace. En snowboard, en vélo ou à pied, le Lily Camera s'assurait de vous prendre sous votre meilleur jour. Sauf qu'entre temps, des acteurs majeurs du marché, comme DJI ou GoPro, ont lancé des fonctionnalités presque identiques sur des drones beaucoup plus aboutis et plus fonctionnels.

Toutes les personnes ayant participé au financement seront intégralement remboursées, selon la startup à l'origine du projet. L'université de Berkeley avait également participé au projet, mais rien n'y fait, les fonds étaient insuffisants pour financer la production à grande échelle. Les aléas du financement participatif.