Le cloud, un marché en pleine croissance dominé par les américains

Le "cloud" ou informatique dématérialisée a connu une expansion accélérée ces dernières années
Le "cloud" ou informatique dématérialisée a connu une expansion accélérée ces dernières années - © gorodenkoff / IStock.com

Le "cloud" ou informatique dématérialisée a connu une expansion accélérée ces dernières années, captée en grande partie par des acteurs américains qui commencent à voir apparaître une concurrence chinoise.

Le cloud permet aux entreprises et aux institutions de bénéficier d'immenses ressources informatiques qu'elles utilisent à la demande, sans avoir à entretenir elle-même de coûteux parcs de serveurs.

Le marché est complexe à appréhender car il recouvre des réalités très différentes et les analystes n'ont pas toujours les mêmes définitions sur ce qui est du cloud et ce qui ne l'est pas.

Dans sa forme la plus pure, le cloud dit "public", les opérateurs proposent de louer des "machines virtuelles", des capacités informatiques qui tournent sur une masse de serveurs physiques complètement mutualisés.

Mais il existe aussi du cloud "privé", où les opérateurs louent des machines physiques bien déterminées, et où la mutualisation reste interne à l'entreprise et à ses différents services.

Le service proposé varie aussi dans sa profondeur: dans certains cas, les clients ne louent que la capacité d'utiliser un logiciel donné - c'est le SaaS (software as a service, logiciel à la demande).

Dans d'autres cas, les clients louent de véritables infrastructures, des "machines virtuelles" sur lesquelles ils vont poser leurs propres systèmes d'exploitation et leurs propres logiciels - c'est le IaaS (infrastructure as a service, infrastructure à la demande).

Selon le cabinet d'études Gartner, le marché mondial du cloud public devrait croître de 17,5% en 2019, pour atteindre 214,3 milliards d'euros.

Selon la firme Canalys, le leader Amazon Web Services détenait environ 32,3% du marché mondial du cloud d'infrastructures au dernier trimestre 2018, devant Microsoft Azure(16,5%), Google Cloud (9,5%), le chinois Alibaba (4,2%), IBM (3,6%).

En France, le marché du cloud et des services associés représentait 10 milliards d'euros en 2018 et devrait croître de 20% à 12 milliards d'euros en 2019, selon Emmanuelle Olivié-Paul, du cabinet Markess/Exaegis.

Le SaaS devrait croître de +21 % en 2019 et représenter 25% du marché de l'édition de logiciels, soit 3,4 milliards d'euros, selon les estimations du syndicat professionnel Syntec numérique.

Le marché cloud d'infrastructure (IaaS) public (location d'infrastructures complètement mutualisées), en pleine expansion, ne représenterait encore qu'entre 800 et 1 milliard d'euros en France, selon des estimations de plusieurs acteurs du marché.

De fait, "70 à 80% de l'infrastructure informatique se trouve encore dans les entreprises", estime Jules-Henri Gavetti, fondateur et président d'Ikoula, un petit acteur du cloud français (10 millions de chiffre d'affaires).

"Dans les plus grandes entreprises, 48% (en moyenne) du parc applicatif pourrait basculer ou être hébergé dans des clouds publics d'ici fin 2020", estime de son côté Emmanuelle Olivié-Paul.


AFP