Le chiffrement des conversations sur Messenger et Instagram n’est pas prévu avant au moins 2022

Alors que WhatsApp tente de rappeler que sa messagerie est chiffrée (histoire de rassurer tous ceux qui ne sont pas encore partis sur Signal ou Telegram), les deux autres messageries de Facebook sont toujours à la traîne. 

Le chiffrement par défaut attendra

Instagram Direct et Messenger restent donc pour l’instant dépourvus de chiffrement de bout en bout, et la situation ne devrait pas évoluer avant quelque temps. Selon la firme de Menlo Park, il s’agit d’un “projet à long terme” et les deux applications “ne seront pas complètement cryptés à bout jusqu'à 2022 au plus tôt.


Lire aussi : Comment quitter WhatsApp pour Signal ?


Pour sa défense, Facebook explique que certaines conversations peuvent être chiffrées, notamment lors de l’utilisation du mode “conversation secrète”. Mais ce mode n’est pas activé par défaut et il y a de fortes chances pour que la plupart des utilisateurs oublient de l’activer afin de se protéger au mieux. 

Facebook souhaite “trouver un équilibre”

Si le chiffrement des conversations est un avantage pour les utilisateurs, il peut se révéler être un véritable casse-tête pour les autorités, notamment pour tout ce qui concerne la protection des enfants.Résultat, Facebook annonce vouloir trouver un équilibre “entre la sûreté, la confidentialité et la sécurité” avant de proposer l’option par défaut sur Messenger et Instagram Direct. 


Lire aussi : Vie privée : même Mark Zuckerberg utilise Signal


Il est nécessaire de trouver un équilibre entre le respect de la vie privée et la sécurité des messages des personnes, d'une part, et le maintien d'un environnement sûr et la fourniture de données aux forces de l'ordre en réponse à des préjudices potentiels dans le monde réel, d'autre part”, explique Gail Kent, le directeur de la politique de Messenger. “Nous avons discuté des outils qui peuvent protéger la vie privée des personnes tout en empêchant les préjudices de se produire en premier lieu, en utilisant des signaux comportementaux, des données de trafic ou des rapports d'utilisateurs plutôt que l'accès au contenu de tous les messages. Il n'y a pas eu de consensus sur une approche recommandée, mais les experts ont encouragé une plus grande consultation pour aider à trouver un équilibre approprié.

Pour Facebook, la solution pourrait passer par l’unification de ses messageries. Ce que souhaite mettre au point le PDG Mark Zuckerberg, afin d’harmoniser les fonctionnalités et de les déployer en même temps sur toutes les plateformes. Mais d’ici là, Signal et Telegram risquent de séduire encore plus d’utilisateurs.