La "ville sensible", une nouvelle approche en temps réel

Quand les villes intelligentes se veulent plus humaines...
Quand les villes intelligentes se veulent plus humaines... - © Thomas Andreas/Shutterstock

Le concept de ville sensible a été développé par une unité du célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT) basée à Cambridge, aux États-Unis.

Depuis plusieurs années, ce département multidisciplinaire recourt aux nouvelles technologies pour créer des outils aptes à répondre aux aspirations des habitants. A terme, elles devront anticiper et satisfaire leurs besoins.

Les nouvelles technologies au service des citoyens et de l’environnement

La ville intelligente va devoir s’adapter aux demandes de ses habitants, se mettre à leur service. Cette notion de "ville sensible", une appellation plus humaine, ne peut toutefois fonctionner que si les habitants sont eux-mêmes sollicités.


Lire aussi : Un nouveau confinement ? Même pas peur avec la ville du futur qui nous attend


Des expérimentations sont déjà mises en place, comme à Toronto (Canada) avec un projet de rues modulables selon différents moments de la journée, leur fréquentation et les usages des gens, ou à Singapour, où l’analyse des données issues des téléphones portables permet de mieux comprendre les mouvements de personnes dans la ville tout au long de la journée.

A terme, cette optimisation des nouvelles technologies doit aussi contribuer à réduire les émissions carbone dans les grandes métropoles.

En savoir plus : senseable.mit.edu