L'influence russe sur la campagne électorale américaine a également touché Pinterest

L’influence russe sur la campagne électorale américaine a également touché Pinterest
L’influence russe sur la campagne électorale américaine a également touché Pinterest - © Tous droits réservés

Entre les photos de maisons cosy, de bijoux faits main et de tatouages, les trolls russes ont vu une opportunité d’influencer subtilement la population américaine.

Ajouter de la propagande à son tableau

Pinterest n’a certes pas la même influence que Facebook ou Twitter, récemment pointés du doigt pour leur rôle involontaire dans l’élection de Donald Trump. Mais le réseau social faisant la part belle aux images a lui aussi servi de porte-voix aux trolls russes, de façon détournée.

Peu de monde associerait ce réseau social à la politique, et encore moins les trolls. Mais au cours de la campagne 2016, le site a servi de recueil à des milliers de posts politiques créés par des agents russes dans le but de façonner l'opinion publique et de créer la discorde dans la société américaine” a déclaré l’entreprise dans un communiqué.

“Les agents russes ne semblent pas avoir posté directement sur Pinterest, mais leur sphère d'influence s'est développé jusqu'au site grâce aux utilisateurs qui sont tombés sur leur travail et l'ont épinglé à leur insu sur leur scrap board Pinterest

Les utilisateurs auraient donc ajouté à leurs tableaux (ces catégories permettant de classer les photos par thème) du contenu créé par The Internet Research Agency, une “agence” spécialisée dans la propagande russe.

“Nous pensons que le faux contenu Facebook était si élaboré qu’il a dupé de vrais Américains, amenés à le sauvegarder sur Pinterest. Nous avons supprimé les éléments dont nous avons pris connaissance et continuons d’enquêter”

Pinterest déclare malgré tout que ces contenus problématiques ne s’élevaient qu’à 2000 images. Il faut dire que sur le site, la politique trouve finalement peu sa place. Entre les photos #FoodPorn et les couchers de soleil poétiques, les 100 millions d’utilisateurs inscrits ne sont pas là pour débattre…