L'autopartage diminue embouteillages et émissions de CO2 sur les routes américaines

L'étude, menée par le TSRC (le centre de recherches sur la durabilité des transports de l'Université de Berkeley, en Californie), s'intéresse à un service en particulier : car2go. Les données exploitées sont relatives à 95.000 utilisateurs de Calgary, San Diego, Seattle, Vancouver et Washington DC.

Les résultats sont nets : chaque voiture de la flotte car2go aurait remplacé 11 autres véhicules sur les routes. Sur les cinq villes étudiées, cela signifie qu'il y aurait 28.000 voitures en moins sur les routes, autant de véhicules retirés des bouchons et des places de parking.

"Notre recherche exhaustive menée sur trois ans révèle que l'existence des véhicules car2go réduit le nombre de voitures de particuliers sur les routes, ainsi que [...] les émissions de gaz à effet de serre", déclare Susan Shaheen, codirectrice du TSRC.

Les flottes d'autopartage ont également d'autres effets positifs. Entre 2 et 5% des membres car2go ont vendu leur voiture en raison de l'utilisation du service. Ces dernières étaient revendues en moyenne au bout de 14,4 ans, ce qui signifie qu'elles comptaient parmi les plus polluantes et les moins économiques des véhicules sur les routes.

D'autres membres (de 7% à 10%) expliquent qu'en raison de l'adhésion au service, ils n'ont pas eu besoin d'acquérir une voiture.

À la différence des services traditionnels de location ou de leasing, l'autopartage implique de ne conduire le véhicule que jusqu'à sa destination (et non de le rapporter). Éliminer les trajets retour permet aux membres car2go de faire baisser la distance parcourue chaque année de 11%. Cela se traduit en moyenne par une réduction de 10% des émissions de gaz à effet de serre.