Journée mondiale sans Facebook ce dimanche : à quoi ça sert ?

Ce dimanche 28 février aura lieu, comme tous les ans, la journée sans Facebook. Une journée mondiale qui a pour but de sensibiliser les utilisateurs à leur addiction au réseau social, et au rôle toujours plus important qu’il occupe dans notre quotidien. 

Mais en 2021, une telle journée a-t-elle encore du sens ? Malgré les problèmes que rencontre l’entreprise (notamment l’affaire Cambridge Analytica) et les nombreuses critiques, le réseau social est toujours extrêmement populaire.

En 2020, Facebook a enregistré une hausse de 12% du nombre d’utilisateurs actifs chaque mois. Ils sont en effet 2,8 milliards à se connecter au moins une fois par mois, et 1,84 milliard à utiliser quotidiennement la plateforme, pour une moyenne de 34 minutes par jour. Autant dire que l’impact de la journée mondiale est très limité. Et si Facebook a l’image d’un réseau social un peu vieillot face à la concurrence (TikTok en tête), les 18-24 ans y sont encore bien présents. Ils représentent à eux seuls 27% de l’audience du site. 

 

Facebook sous le feu des critiques

Faut-il donc pour autant boycotter la journée mondiale ? Pas vraiment, d’autant que 2021 est une année compliquée pour l’entreprise dirigée par Mark Zuckerberg. Il y a donc une chance que cette édition soit plus importante que les précédentes. 

Facebook fait en effet face à de nombreuses critiques et attaques. Le réseau social a eu un rôle important dans la prise du Capitole en janvier dernier par les supporters de Donald Trump. Les contenus politiques ont été revus à la baisse à la suite de ces événements. Le réseau social pourrait également connaître quelques soucis avec le gouvernement irlandais, qui pourrait bien l’empêcher de transférer les données des utilisateurs européennes vers les États-Unis. 

Enfin, Facebook pourrait connaître une baisse de ses revenus publicitaires 

à cause d’Apple et de sa politique en matière de confidentialité, qui sera renforcée prochainement sur iOS 14. La marque à la pomme déploiera en effet un nouvel outil lié au tracking réalisé par les applications tierces, afin de protéger les utilisateurs d’iPhone. Ce qui signifie, pour Facebook, qu’il sera plus difficile de cibler les utilisateurs, et donc de vendre des informations précises aux annonceurs. 

Bref, autant de bâtons dans les roues du joujou de Mark Zuckerberg, que pourrait accentuer cette journée mondiale. Alors, parviendrez-vous à ne pas vous connecter à Facebook ce dimanche 28 février ?