iOS 14 : Apple accepte de rencontrer les régies publicitaires en Europe

La prochaine grande mise à jour de l’OS de l’iPhone mettra une fois de plus la confidentialité en avant, grâce à des fonctionnalités qui ne plaisent pas aux annonceurs. 

Parmi ces nouveautés, on retrouve le rapport de confidentialité au sein de Safari, qui permet de “mieux comprendre le traitement que réserve chaque site web à votre vie privée.” Apple promet également des informations de confidentialité sur l’App Store, avec “des informations pour mieux comprendre, avant même de télécharger une app, ses pratiques en matière de confidentialité.” Enfin, iOS 14 disposera d’un témoin d’enregistrement, qui apparaît “dès qu’une app utilise votre micro ou votre appareil photo.” De plus, le centre de contrôle indiquera une liste d’applications ayant utilisé récemment l’appareil photo ou le micro. 

Bref autant de nouvelles options qui ne plaisent pas aux annonceurs, qui y voient un moyen de nuire à leur business. À la tête de ceux-ci, Facebook, qui a plutôt mal accueilli ces nouveautés, et qui craint que cela puisse réduire considérablement ses revenus publicitaires.

Pour tenter de calmer le jeu, Apple a retardé la sortie de ces nouvelles options à 2021, alors qu’iOS 14 sera disponible dans les semaines qui arrivent. De plus, la firme de Cupertino a accepté de discuter en visioconférence avec une coalition d'organismes professionnels de la publicité et des médias, notamment IAB Europe, IAB Tech Lab, IAB France, News Media Europe et le Conseil des éditeurs européens, le 11 septembre prochain. 

Parmi les points qui seront abordés : la publicité gérée par Apple, qui apparaît actuellement sous forme d’annonces dans les recherches de l’App Store, et au sein de l’application Apple News (une application qui n’est pas disponible en Belgique). Les opposants aux nouveautés d’iOS 14 soutiennent que toute mesure visant à déprécier l'IDFA (soit le “Device ID”, un numéro d’identification unique attribué à chaque smartphone, similaire aux cookies sur le web mais au niveau des applications) renforcerait probablement l'activité publicitaire d'Apple, de manière intentionnelle ou non de sa part.