Google Home mini : l'enceinte connectée surveillait son propriétaire 24 heures sur 24

Google Home mini : l’enceinte connectée surveillait son propriétaire 24 heures sur 24
2 images
Google Home mini : l’enceinte connectée surveillait son propriétaire 24 heures sur 24 - © Tous droits réservés

Le fondateur du site Android Police a été victime d’un bug, qui permettait au baffle de Google d’enregister toutes ses conversations.

Drôle de surprise pour Artem Russakovskii. Après avoir récupéré sa version test du Google Home mini lors de la présentation de la marque le 4 octobre dernier, le journaliste s’est rendu compte que ses moindres faits et gestes avaient été enregistrés et envoyés chez Google.

Le Home Mini est un petit baffle connecté en forme de galet, qui permet d’écouter de la musique, mais également de faire appel à l’assistant de Google. D’une simple commande vocale, “Ok Google”, l’appareil est à votre écoute et peut répondre à la plupart de vos questions.

Mais le Home mini dispose également d’une surface tactile permettant d’activer l’assistant en appuyant longuement. Dans le cas du modèle prêté à Artem Russakovskii, le bug enregistrait des pressions fantômes, qui déclenchaient les enregistrements. Le journaliste était donc involontairement sur écoute, l’appareil étant toujours en attente d’une question.

Google a reconnu qu’une faible quantité de Home mini étaient touchés par ce problème, et a envoyé une mise à jour pour corriger ce bug. Mais ce correctif n’est pas parfait. Il est impossible, du moins pour le moment, d’appuyer sur l’enceinte pour activer Google Assistant. À défaut d’une vraie solution, cela permettra aux acheteurs d’être un peu moins paranos.

Quant aux données récoltées, Google a effacé toutes les requêtes effectuées grâce à la surface tactile du baffle entre le 4 et le 7 octobre.