Fortnite : la guerre entre Epic Games et Apple s’intensifie

Apple menace désormais de bannir Epic Games de son écosystème, l’empêchant de la sorte de publier la moindre application, que ce soit sur iOS, iPadOS, ou macOS. Une décision qui pourrait avoir de lourdes conséquences pour Epic Games et pour de nombreux développeurs de jeux vidéo. 

Petit rappel des faits

L’affaire, qui oppose Epic Games, le studio derrière le célèbre Battle Royale Fortnite, à Apple et Google, est devenu en quelques jours le feuilleton de l’été. 

Tout a commencé en fin de semaine dernière, lorsqu’Apple a supprimé Fortnite de son App Store. La raison ? Une mise à jour pas si discrète d’Epic Games, qui en plus d’offrir la possibilité aux joueurs d’acheter des V-Bucks (la monnaie virtuelle du jeu) directement via l’App Store, proposait comme nouveauté de les acheter à un prix réduit via le site de l’éditeur et d’y être redirigé en un clic. 

La différence entre ces deux options ? La “taxe” Apple, qui s’élève à 30% et que la marque à la pomme empoche lorsque la transaction est effectuée via sa boutique. En renvoyant les joueurs vers son site, Epic Games a donc tenté de contourner cette commission, ce qui est formellement interdit par le règlement de l’App Store. 

Évidemment, la réponse d’Apple ne s’est pas fait attendre : 

Epic a activé une fonctionnalité de son application qui n'a pas été examinée ou approuvée par Apple et ils l'ont fait avec l'intention expresse de violer les directives de l'App Store concernant les paiements via l'application qui s'appliquent à chaque développeur qui vend des biens ou services numériques. Epic a des applications sur l'App Store depuis une décennie et a bénéficié de l'écosystème de l'App Store - y compris ses outils, qu'Apple fournit à tous les développeurs. Epic a librement accepté les conditions et les directives de l'App Store et nous sommes heureux qu'ils aient développé une entreprise aussi prospère sur l'App Store. Le fait que leurs intérêts commerciaux les amènent désormais à faire pression pour un arrangement spécial ne change rien au fait que ces directives créent des conditions de concurrence équitables pour tous les développeurs et rendent le magasin sûr pour tous les utilisateurs.

La guerre est déclarée

Epic Games de son côté, conteste la décision et fait appel aux joueurs pour faire pression sur Apple (notamment avec le hashtag #FreeFortnite). Car plutôt que d’accepter le règlement d’Apple, comme le font à contrecœur Netflix, Amazon ou encore Spotify (qui ne proposent pas d’abonnements ou d’achats via l’App Store, ou alors à un tarif plus élevé afin de prendre en compte les 30%), Epic Games se place immédiatement en victime, n’hésitant pas à attaquer Apple en justice et à ridiculiser l’entreprise via un spot publicitaire.

En effet, Epic, qui avait préparé son coup, dévoile dans la foulée une publicité qui copie le célèbre spot “1984” d’Apple.

Epic Games a défié le monopole de l'App Store. En représailles, Apple bloque Fortnite d'un milliard d'appareils. Rejoignez le combat pour empêcher 2020 de devenir "1984".

Notons qu’entre temps, Fortnite disparaît également du Play Store de Google et que la firme de Mountain View est également attaquée en justice par Epic Games. Et que d’autres entreprises, comme Spotify, Match Group (qui édite notamment Tinder) et Facebook s’allient à Epic Games pour faire face au “monopole” d’Apple et de Google. 

Nous saluons la décision d'Epic Games de prendre position contre Apple et de faire la lumière sur l'abus par Apple de sa position dominante”, a déclaré Spotify. “Les pratiques déloyales d'Apple ont désavantagé les concurrents et privé les consommateurs pendant bien trop longtemps. Les enjeux pour les consommateurs et les développeurs d'applications, petits et grands, ne pourraient être plus élevés et garantir que la plate-forme iOS fonctionne de manière compétitive et équitable est une tâche urgente aux implications profondes.

"Nous ne ferons aucune exception"

Face à ce front commun, Apple campe sur sa position et annonce à Epic Games qu’il perdra l’accès à son compte développeur, nécessaire pour publier des applications au sein de l’écosystème Apple, si aucun changement n’est apporté à Fortnite, et ce, avant le 28 août 2020. 

L’App Store est conçu pour être un lieu sûr et de confiance pour les utilisateurs et une excellente opportunité commerciale pour tous les développeurs. Epic a été l'un des développeurs les plus prospères de l'App Store, devenant une entreprise de plusieurs milliards de dollars qui atteint des millions de clients iOS à travers le monde. Nous souhaitons vivement que l'entreprise fasse partie du programme Apple Developer Program et de ses applications sur le Store. Le problème qu'Epic s'est créé est un problème qui peut facilement être résolu s'ils soumettent une mise à jour de leur application qui la rétablit pour se conformer aux directives qu'ils ont acceptées et qui s'appliquent à tous les développeurs. Nous ne ferons pas d'exception pour Epic car nous ne pensons pas qu'il soit juste de faire passer leurs intérêts commerciaux avant les consignes qui protègent nos clients.

Face à ce nouveau retournement de situation, Epic Games décide une fois de plus de faire appel à la justice, afin d’empêcher Apple de révoquer son compte développeur. 

 

 

L’Unreal Engine au coeur de la bataille

Si les règles de l’App Store sont plus que contestables (les créateurs de Fortnite ne sont pas les seuls à critiquer la commission de 30%), il est clair qu’Epic Games a volontairement décidé de ne pas respecter un règlement qui est le même pour l’ensemble des développeurs publiant des applications sur la boutique. 

En affrontant Apple, Epic Games risque donc non seulement de ne plus pouvoir publier Fortnite sur les millions d’appareils pommés, mais également de bloquer le développement de l’Unreal Engine, le moteur de jeu conçu par Epic et utilisé par des milliers de créateurs à travers le monde. 

Si Apple met sa menace à exécution, autrement dit si Epic Games ne parvient pas à faire stopper la décision avec l’aide de la justice ou si la mise à jour problématique de Fortnite n’est pas supprimée, de nombreux partenaires d’Epic ne pourront plus mettre à jour leur jeu à cause du blocage de l’Unreal Engine.

 

Et du côté des consoles ?

Dernier point important dans cette affaire : les consoles. Fortnite est évidemment disponible sur PlayStation 4, Xbox One et Nintendo Switch (et le sera prochainement sur PlayStation 5 et Xbox Series X). Mais ce qui ne semble pas déranger Epic Games, c’est que Sony, Microsoft et Nintendo taxent également les jeux… à hauteur de 30%.

Pour Tim Sweeney, PDG d’Epic Games, cette commission est justifiée, comme il l’expliquait en 2018 au site GamesIndustry. “Il y a une justification à cela sur les consoles, où il y a d'énormes investissements dans le matériel, souvent vendu à un prix inférieur et des campagnes de marketing en large partenariat avec les éditeurs. Mais sur les plates-formes ouvertes, 30% est disproportionné par rapport au coût des services fournis par ces boutiques, tels que le traitement des paiements, la bande passante de téléchargement et le service client.

En d’autres termes, le coût de développement d’une console justifie la taxe de 30% appliquée aux éditeurs de jeux vidéo. Une réflexion qui devrait plaire à Apple et Google, qui investissent également des millions de dollars en recherche et développement afin de concevoir leurs appareils, qu’il s’agisse d’iPhone, de Google Pixel, de Chromebooks ou de MacBook. 

 

Trois scénarios possibles

En s’attaquant à Apple, Epic Games se voit désormais contraint de faire un choix parmi ces trois solutions :

  1. Publier une version corrigée de Fortnite
  2. Faire plier Apple avec l’aide de la justice (ce qui semble peu probable)
  3. Ne pas mettre à jour Fortnite et à terme perdre son compte développeur et des millions de joueurs

Quoi que l’on pense de la taxe d’Apple, la balle est désormais dans le camp des créateurs de Fortnite. Du moins jusqu’au prochain rebondissement.