Facebook veut de nouveau payer certains utilisateurs pour fouiller dans leur smartphone

Facebook veut de nouveau payer certains utilisateurs pour fouiller dans leur smartphone
2 images
Facebook veut de nouveau payer certains utilisateurs pour fouiller dans leur smartphone - © Facebook

Facebook a toujours été un réseau social extrêmement curieux. Au point d'épier les utilisateurs contre rémunération.

Facebook lancera prochainement une nouvelle application, baptisée "Study". Son principe est simple : une fois installé (sur Android uniquement) par des utilisateurs recrutés via une campagne publicitaire ciblée, "Study" collectera un tas d'informations sur l'usage du smartphone par son propriétaire. 

Le projet permettra à Facebook de connaître dans quels pays vivent les cobayes, les applications qu'ils utilisent, la fréquence à laquelle ils ouvrent ces applications, mais également tout ce qui concerne leur smartphone et le réseau sur lequel ils sont connectés.

Si cette idée vous semble familière, c'est parce que Facebook n'en est pas à son premier coup d'essai. En janvier dernier, le réseau social avait été épinglé par un article de TechCrunch, qui révélait qu'une application baptisée "Research" permettait à l'entreprise d'obtenir plus d'informations (localisation, utilisation du smartphone, messages privés, email, et même un historique des achats sur Amazon) de façon détournée. En effet, contrairement à "Study", "Research" contournait les règles de l'App Store d'Apple et du Play Store de Google en n'étant pas distribuée sur les deux boutiques d'applications. 

Selon Facebook, "Study" se veut plus respectueux de la vie privée de ses utilisateurs. "Nous ne vendons pas les informations récoltées avec l’application à des tiers et ne les utilisons pas pour le ciblage publicitaire. Elles ne sont pas ajoutées au compte Facebook d’un participant s’il en a un", peut-on lire dans l'article publié sur le blog de l'entreprise, annonçant le projet. "Study" ne collectera pas les identifiants et mots de passe, ni les messages échangés, et cela, peu importe l'application utilisée. Du moins c'est ce que promet l'entreprise, ce qui est évidemment invérifiable. 

Dans un premier temps, l'application sera disponible aux États-Unis et en Inde. Facebook n'a pas annoncé quelles seront les "récompenses" pour tous ceux qui se risqueront de rejoindre l'étude. Mais il faudra plus que ce qui était précédemment offert ("Research" permettait d'obtenir jusqu'à 20 dollars par mois distribués sous forme de carte cadeau) pour justifier cet espionnage banalisé.