Facebook teste les profils privés

Facebook teste les profils privés
2 images
Facebook teste les profils privés - © © Dado Ruvic / Reuters - REUTERS

Le réseau social veut offrir la possibilité de créer un profil destiné aux amis les plus proches.

La différence entre amis et “amis”

Idéalement prévu pour rester en contact avec ses proches, Facebook s’est peu à peu transformé en publicité géante d’un côté, et de l’autre en un lieu où la notion d’amis est galvaudée. Si vous êtes inscrit sur le réseau social, il y a de fortes chances que certaines personnes dans votre liste d’amis ne soient pas vraiment des gens avec qui vous interagissez fréquemment.

Entre les vagues connaissances, les parfaits inconnus ou pire, les parents et grands-parents, partager sur Facebook peut devenir un enfer. Et ça, le site l’a bien compris, puisque les développeurs plancheraient en ce moment sur des profils privés.

Autrement dit des profils reservés à une poignée de proches intimes, pour y partager ce que vous ne pouvez pas faire devant vos 500 “amis”.

Le retour des cercles Google +

Cette notion de cercle existait déjà sur Google +, la tentative ratée de Google dans le domaine des réseaux sociaux. Vous pouviez configurer un cercle avec la famille, un autre avec vos collègues, et ainsi de suite. Facebook permet actuellement de cibler une publication, mais la fonction demande pas mal de réglages et n’est pas souvent claire.

Avec les profils secrets, Facebook pourrait décomplexer certains utilisateurs. Partager une photo d’un bébé avec quelques amis plutôt que publiquement, ou émettre une opinion politique avec des proches qui accepteront le débat.

Comme d’habitude avec Facebook, il ne s’agit qu’un test à petite échelle, trouvé dans le code de la version Android de l’application. Et rien ne dit que la fonctionnalité verra le jour. Mais sachant qu’Instagram (propriété de Facebook) teste actuellement une fonction similaire intitulée “Favoris” (permettant de dévoiler une photo à certains amis seulement), on peut y voir un certain retour aux sources chez les équipes de Mark Zuckerberg.