Facebook répond aux attaques de l'acteur Sacha Baron Cohen

Facebook répond aux attaques de l'acteur Sacha Baron Cohen
Facebook répond aux attaques de l'acteur Sacha Baron Cohen - © Tous droits réservés

Le compte français de Facebook sur Twitter a répondu à un article relayant les propos tenus jeudi dernier par Sacha Baron Cohen, lors d'une conférence organisée par l'association de lutte contre l'antisémitisme ADL (Anti-Defamation League).

"Si vous les payez, Facebook diffusera toutes les publicités "politiques" que vous voulez, même si elles contiennent des mensonges", a déclaré l'acteur lors de son discours. 

Partant de cette logique tordue, si Facebook avait existé dans les années 1930, il aurait laissé Hitler poster des pubs de 30 secondes sur sa "solution" au "problème juif".

L'acteur a ensuite suggéré au réseau social de ne pas diffuser ces fausses publicités : "Quand les publicités sont fausses ou donnent de fausses informations, rendez l'argent et ne les publiez pas." Ce que Twitter et dans une moindre mesure Google ont par ailleurs décidé de faire. 

Ce discours de l'acteur n'a évidemment pas plu à Facebook, qui a tenu à réagir sur Twitter : 

Les propos de Sacha Baron Cohen sont faux. Les discours haineux sont bannis de notre plateforme. Personne, y compris les personnalités politiques, ne peut défendre ou promouvoir la haine, la violence, ou les meurtres de masse sur Facebook.

Mais la réponse ne semble pas avoir été suffisamment prise au sérieux par les utilisateurs de Twitter. Sous le tweet, on retrouve un florilège de réponses, allant du simple "LOL" à "On ne doit pas parler du même Facebook alors", "Vous vous êtes mis au One-man-show ?", "Le plus gros lol de l'histoire d'Internet" ou encore "Les propos de Sacha Baron Cohen sont exacts. Les discours haineux sont permis sur votre plateforme. N’importe qui, y compris les personnalités politiques, peut défendre ou promouvoir la haine, la violence, ou les meurtres de masse sur Facebook. Par contre, un nichon, hoouuuuu."

Comme quoi, même sur internet, il vaut mieux tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de tweeter.