Enceintes connectées : Amazon domine toujours le marché

Enceintes connectées : Amazon domine toujours le marché
Enceintes connectées : Amazon domine toujours le marché - © Photo by Status Quack on Unsplash

Une récente étude révèle qu’Amazon reste leader sur le marché des enceintes connectées.

La situation aux États-Unis

Selon eMarketer, le géant du shopping en ligne détiendrait à lui seul 72,9% du marché, et devrait conserver sa position de leader pendant quelques années. L’étude parle de 69,7% en 2020 et 68,2% en 2021. 

En face, Google passerait de 31,1% en 2019 à 31,7% en 2020, avant d’atteindre les 32% en 2021. Quant au reste de la concurrence, l’impact est faible. eMarketer se contente de les regrouper (Sonos, Apple, etc) sous l’appellation “autres”. En 2019, leur part de marché était de 17,9%. Elle sera, selon l’étude, de 18,4% en 2020 et de 18,8% en 2021. 

La raison du succès d’Amazon s’explique notamment par la polyvalence d’Alexa, l’assistant de l’entreprise, présent sur de nombreuses enceintes : “Bien qu’Amazon n’ait pas été le premier à commercialiser un assistant vocal, il a eu un avantage de premier plan dans les haut-parleurs intelligents avec son introduction aux États-Unis de l’Echo et de l’assistant vocal intégré Alexa à la fin de 2014. Depuis lors, il a régulièrement publié de nouvelles fonctionnalités qui rendent le haut-parleur plus facile et plus intuitif à utiliser”, explique eMarketer. 

Et dans le reste du monde

Un autre rapport, publié plus récemment par Strategy Analytics, dévoile qu’il s’est écoulé 146,9 millions d’enceintes connectées à travers le monde en 2019. Soit un nouveau record, où Amazon domine une fois de plus la concurrence. 

L’entreprise représente 26,2% de ces 146,9 millions (contre 33,7% en 2018). Google se place deuxième, avec 20,3% (25,9% en 2018). Et loin derrière, Apple ne représente que 4,7%, même si les ventes de son HomePod sont passées de 1,6 million d’unités dans le dernier trimestre 2018 à 2,6 millions fin 2019. 

Mais cette progression ne permet pas à la marque à la pomme de dépasser ses concurrents chinois, comme Baidu, Alibaba et Xiaomi, qui se placent tous les trois derrière Google.