Deux millions d'utilisateurs pirates utiliseraient Spotify sans payer

Deux millions d'utilisateurs pirates utiliseraient Spotify sans payer
Deux millions d'utilisateurs pirates utiliseraient Spotify sans payer - © Tous droits réservés

Début mars, on apprenait que Spotify durcissait le ton face aux nombreux utilisateurs qui profitaient du service de streaming musical grâce à des applications pirates. Mais leur nombre était à l'époque inconnu. Aujourd'hui, l'entreprise dévoile que plus de deux millions d'utilisateurs utiliseraient des applications pirates pour profiter du catalogue musical sans publicités et en illimité, sans débourser le moindre centime.

Alors que Spotify prépare son entrée en bourse le 3 avril prochain, ces chiffres ont dû être dévoilés et sont considérés comme importants par l'entreprise et ses actionnaires. Deux millions, c'est une goutte d'eau sur les 159 millions d'utilisateurs actifs que compte le service (dont 86 millions d'utilisateurs ayant opté pour la version gratuite et limitée), mais 2,3% reste un pourcentage bien trop élevé.

D'une part, ces utilisateurs ne rapportent forcément rien à l'entreprise, puisqu'ils ne sont pas interrompus par les nombreuses publicités diffusées entre les morceaux sur la version gratuite, et d'autre part, Spotify ne peut pas les convaincre de passer à un abonnement payant puisqu'ils profitent déjà du meilleur de l'application sans payer. 

"L'accès non autorisé à notre service peut fausser des indicateurs clés de performance qui, une fois découverts, corrigés et divulgués, pourraient ébranler la confiance des investisseurs et entraîner une baisse significative du cours de nos actions", explique l'entreprise dans un communiqué. 

Quant aux pirates, ils ont été prévenus en début du mois. "Si nous détectons une utilisation répétée d’applications non autorisées en violation de nos conditions, nous nous réservons tous les droits, y compris celui de suspendre ou de fermer le compte". Quant aux applications frauduleuses, certaines ont depuis cessé de fonctionner. Mais il en faudra bien plus pour stopper les pirates.