Coronavirus : Apple supprime une application qui facilitait l’organisation de fêtes clandestines

L’application Vybe Together était passée à travers les mailles du filet d’Apple. Son but était à la fois simple et dangereux : permettre à tout le monde d’organiser des fêtes clandestines alors que la pandémie de COVID-19 est toujours bien présente.

Pour promouvoir sa plateforme, les créateurs avaient lancé un site web, ainsi qu’un compte TikTok, aujourd’hui disparu. L’application, qui qualifiait ses utilisateurs de “rebelles”, contournait les règles de sécurité en vigueur dans de nombreux pays en laissant les organisateurs approuver chaque invité, et en leur envoyant l’adresse clandestine deux heures avant le début de la soirée. 

Selon le site The Verge, qui est parvenu à contacter un certain “Albin”, co-fondateur de l’app, Vybe Together “comptait quelques milliers d'utilisateurs et plusieurs milliers de candidats supplémentaires avaient demandé un accès, après que la société ait commencé à publier des vidéos sur TikTok.

The Verge poursuit en expliquant que “la candidature impliquait la soumission d’un pseudo Instagram et l’envoi de photos de l’utilisateur en train de faire la fête, vraisemblablement pour vérifier qu’il ne s’agissait pas de quelqu'un qui allait révéler l’existence du service.

2 images
© Capture de l'application

Si Vybe Together agissait relativement discrètement, son activité fut révélée au grand jour par la journaliste Taylor Lorenz, du New York Times, qui n’hésita pas à qualifier les créateurs de l’application de “personnes horribles.” Dans un thread Twitter, la journaliste a également révélé que l’application faisait la promotion de soirées clandestines à New York sur TikTok, et que l’un des co-fondateurs s’appelle Alexander Dimcevski. Enfin, pour couronner le tout, l’application utilisait sur son site une image de la chanteuse Diana Ross prise au mythique Studio 54.

Pour sa défense, Vybe Together explique via son porte-parole que son but était de faciliter l’organisation de fêtes en petit comité, et non de grandes soirées. Ce qui est tout aussi dangereux, mais également difficile à croire. “Beaucoup de gens ont été isolés et nous voulions leur permettre de se rencontrer. Nous sommes conscients que les grands rassemblements ne sont pas acceptables et nous ne les promouvons pas. Si nous voyons que les événements sont populaires, nous les supprimons !

Ce qui est certain, c’est que pour une fois, personne ne se plaindra de la suppression d’une application par Apple.