Comment Twitter, Instagram et Facebook luttent contre le harcèlement en ligne

Comment Twitter, Instagram et Facebook luttent contre le harcèlement en ligne
Comment Twitter, Instagram et Facebook luttent contre le harcèlement en ligne - © Tous droits réservés

Twitter vient enfin d'annoncer des mesures concrètes pour lutter contre les abus, les intimidations et les agressions répétées sur son réseau, dans la foulée de ce que propose déjà Instagram et des efforts consentis par Facebook.

Dans un premier temps, Twitter étend sa fonctionnalité "masquer" aux notifications. Cela signifie qu'il devient possible de masquer des mots, des phrases et même des conversations entières. Cette fonctionnalité doit être déployée au cours des prochains jours. D'autre part, Twitter précise qu'il va devenir facile de signaler tout comportement ciblant des personnes en raison de leur race, de leurs origines, de leur orientation sexuelle, de leurs convictions religieuses ou encore de leur handicap. Enfin, Twitter insiste sur le fait que ses outils ont été améliorés afin de traiter plus rapidement et efficacement ce type de signalements.

L'ensemble des réseaux sociaux sont touchés par ce type de comportements néfastes et Twitter ne fait finalement que reprendre la politique déjà mise en place par Instagram depuis quelques semaine et qui consiste à bannir toute une série de mots-clés, personnalisée par chaque utilisateur, des commentaires sous ses photos. De plus, il est également possible de signaler toute photo ou compte destiné à nuire à quelqu'un ainsi que toute personne qui cherche à se faire passer pour quelqu'un d'autre.

Sur Facebook, il est possible depuis longtemps, de signaler et/ou de masquer une publication, voire de ne plus suivre toutes celles d'un contact en particulier, tout en restant "ami". En revanche, il n'y a pas moyen de filtrer ses notifications en fonction de mots-clés.

A l'avenir, Facebook s'engage à protéger davantage les mineurs. Ils devront ainsi systématiquement valider (ou rejeter s'ils le souhaitent) toutes les publications où ils sont mentionnés avant que celles-ci n'apparaissent sur leur profil. Ils ne pourront pas non plus recevoir de messages d'inconnus et ne partageront par défaut leurs contenus qu'avec leurs amis. D'autre part, la géolocalisation sera désactivée par défaut pour les moins de 18 ans et leurs profils ne seront pas référencés sur les moteurs de recherche. Enfin, Facebook a remis à jour son "centre de prévention" en ligne à destination des adolescents, de leurs parents et des éducateurs.

Ces solutions représentent assurément un premier pas vers une activité plus sereine, en attendant mieux pour définitivement éradiquer les trolls et autre nuisibles.