Combien coûte votre profil sur les réseaux sociaux sur le Dark Web ?

Vos comptes Facebook et Instagram intéressent les pirates du Dark Web depuis des années, mais ce marché noir évolue. Des chercheurs ont analysé la face cachée de ce commerce illégal sur internet et révèlent les tarifs de ce trafic. Des chiffres pourraient bien vous surprendre.

Au coeur du Dark Web

"Qu'il s'agisse de l'offre accrue d'informations piratées ou de la diminution de la valeur d'un compte piraté individuel, les prix des comptes de réseaux sociaux piratés semblent baisser sur toutes les plateformes", a dévoilé l'étude baptisée “Dark Web Price Index 2021", menée par les chercheurs de Privacy Affairs. Les analystes se sont intéressés aux différents marketplaces du Dark Web, aux forums et aux sites afin de créer un index des prix moyens par variétés de produits.

Votre compte Facebook vaut plus cher que Twitter

Concernant les réseaux sociaux, les prix ont presque tous baissé à une exception. 

Un compte Facebook piraté est désormais vendu 65 dollars, contre 75 dollars en 2020. Les comptes piratés sur Instagram se monnaient désormais à 45 dollars, contre 55 dollars l'an dernier. 

Il faut compter 35 dollars pour s'offrir un compte piraté sur Twitter alors qu'il fallait débourser 14 dollars de plus en 2020. Les comptes piratés sur Gmail sont ceux qui affichent l'écart le plus important avec une baisse de 76 dollars. En 2020, ces comptes piratés étaient évalués à 156 dollars, contre 80 dollars actuellement.

L’achat de followers est aussi un business

Si les prix des comptes piratés sur les réseaux sociaux ont largement baissé, l'achat d'abonnés a augmenté seulement pour LinkedIn. Pour 1000 abonnés supplémentaires, il faudra débourser deux dollars de plus qu'en 2020, soit 12 dollars. Les chercheurs ont constaté des prix très bas notamment pour obtenir 1000 abonnés sur Instagram en payant seulement 5 dollars ou encore à peine 2 dollars pour 1000 abonnés sur Spotify. 


Lire aussi : Le darknet, la face cachée du web


100 "J'aime" sur Instagram sont vendus pour 5 dollars tandis que 1000 retweets sur Twitter affichent un prix plus cher, mais toujours aussi abordable à 25 dollars. Des pratiques qui démontrent la facilité avec laquelle les utilisateurs sur les réseaux sociaux peuvent développer leur communauté et donc leur influence en apparence.

Une diversification des comptes piratés

Si l'étude a démontré une augmentation de l'offre vendue sur le Dark Web, les chercheurs ont également constaté un éventail plus large de l'offre avec notamment des comptes piratés de l'application Uber. Un véritable marché illégal qui semble même reprendre les arguments de vente de la grande distribution en proposant des soldes, ajoute Privacy Affairs.

Cette baisse des prix s'explique notamment par les nombreuses mesures de sécurité mises en place pour mieux vérifier les connexions sur les différentes plateformes grâce, entre autres, à l'authentification à double facteur. Des paramètres qui rendent cette entreprise plus laborieuse et de moins en moins rentable.

Des rançons pour vos informations

Pourtant, certains pirates et clients du Dark Web peuvent se servir de ces informations pour des escroqueries plus importantes. Si les tarifs demandés par les hackers sont loin d'atteindre les 50 millions de dollars exigés par les pirates russes qui se sont attaqués aux dernières informations des produits d'Apple, les personnes malveillantes ayant sollicité ce "service" peuvent se servir de ces informations pour exploiter directement les victimes concernées. "Nous avons entendu toutes les histoires d'horreur de victimes peu méfiantes perdant leur vie ou de pirates vendant des images de caméras dans les coins les plus profonds du Web", a expliqué Privacy Affairs. Des chantages allant du revenge porn à la subtilisation de vos données bancaires avec des sommes pouvant monter très haut.


Lire aussi : Peut-on échapper au contenu personnalisé sur Internet ?


Ces piratages peuvent parfois prendre des proportions mondiales à l'image du scandale ayant éclaboussé Twitter en juillet 2020. Des hackers avaient réussi à s'infiltrer sur les comptes d'Elon Musk, Bill Gates, Jeff Bezos et même Barack Obama et Joe Biden dans le but de récolter des bitcoins. Une escroquerie internationale partie d'un piratage des comptes des employés de Twitter et qui aura coûté très cher à certains utilisateurs du réseau social.