Bruxelles va enquêter sur le conflit qui oppose Spotify à Apple Music

Bruxelles va enquêter sur le conflit qui oppose Spotify à Apple Music
Bruxelles va enquêter sur le conflit qui oppose Spotify à Apple Music - © Spotify

La Commision européenne va ouvrir une enquête concernant le dossier qui oppose les deux plateformes de streaming musical.

Selon le Financial Times, la Commission devra déterminer si les 30% prélevés par Apple sur les abonnements Spotify vendus via l'App Store constituent un acte anticoncurrentiel ou non. En effet, chaque vente réalisée sur l'App Store d'Apple, qu'il s'agisse d'une application payante ou d'un achat intégré, est soumise à une "taxe" de 30% (qui, dans le cadre d'un abonnement, passe ensuite à 15% après un an). 

Daniel Ek, fondateur et PDG de Spotify, s'était fendu d'un communiqué en mars dernier, expliquant les raisons qui ont poussé son entreprise à attaquer Apple. "Spotify a déposé une plainte contre Apple auprès de la Commission européenne (CE), l'organisme de réglementation chargé de maintenir une concurrence loyale et non discriminatoire. Ces dernières années, Apple a introduit sur son l'App Store des règles qui limitent délibérément le choix et étouffent l'innovation au détriment de l'expérience utilisateur, agissant essentiellement à la fois comme joueur et comme arbitre pour désavantager délibérément les autres développeurs d'applications. Après avoir tenté sans succès de résoudre les problèmes directement avec Apple, nous demandons maintenant à la CE de prendre des mesures pour assurer une concurrence loyale.

Apple exploite une plateforme qui, pour plus d'un milliard de personnes dans le monde, constitue une passerelle vers Internet. Apple est à la fois propriétaire de la plateforme iOS et de l'App Store - et concurrent de services tel que Spotify. En théorie, c'est une bonne chose. Mais dans le cas d’Apple, l'entreprise continue à s'avantager injustement à chaque tournant.

Pour illustrer mon propos, laissez-moi vous donner quelques exemples. Apple exige que Spotify et les autres services numériques paient une taxe de 30% sur les achats effectués via le système de paiement Apple, y compris la mise à niveau de notre service Gratuit vers notre service Premium. Si nous payons cette taxe, cela nous obligerait à gonfler artificiellement le prix de notre abonnement Premium bien au-dessus du prix d'Apple Music. Et pour que nos prix restent concurrentiels pour nos clients, nous ne pouvons pas le faire."

Spotify accuse également Apple de limiter l'intégration de son application au reste de l'écosystème de la marque à la pomme (notamment des accès plus simples à l'Apple Watch, Siri ou l'enceinte HomePod). De son côté, Apple avait également publié un long communiqué, n'hésitant pas à attaquer Spotify sur la question des 30%, tout en glissant quelques tacles sur la rémunération des artistes pratiquée par la plateforme suédoise : 

"Après avoir utilisé l’App Store pendant des années et connu une croissance exceptionnelle, Spotify cherche à profiter des avantages de l’écosystème Apple, notamment les revenus non négligeables générés par les clients de l’App Store, sans apporter sa contribution à la plateforme. Parallèlement à cela, ils distribuent les morceaux que vous aimez tout en diminuant progressivement la rémunération des artistes, musiciens et compositeurs les ayant créés, allant parfois jusqu’à les poursuivre en justice.

Spotify est bien entendu en droit de décider de son propre modèle commercial. Néanmoins, nous nous voyons dans l’obligation de répondre à leurs allégations lorsqu’ils masquent leurs motivations financières derrière des arguments fallacieux à propos de notre identité, de ce que nous avons construit et des mesures que nous avons prises pour soutenir les développeurs, musiciens, compositeurs et créateurs indépendants de tous horizons. (...) Apple fait le lien entre Spotify et nos utilisateurs. Nous fournissons la plateforme à partir de laquelle les utilisateurs téléchargent et mettent à jour leur app. Nous partageons des outils de développement essentiels utilisés dans la conception de l’app Spotify. Et nous avons mis au point un système de paiement sécurisé, dont le développement nous a demandé beaucoup de travail, qui permet aux utilisateurs de réaliser des transactions dans les apps en toute confiance. Spotify demande à conserver tous ces avantages, tout en gardant 100 % des revenus générés.

Sans l’écosystème Apple, Spotify n’aurait jamais connu un tel succès. Mais l’entreprise s’appuie maintenant sur ce même succès pour se défaire de son devoir de contribution. Nous estimons que ce n’est pas admissible."

Une éventuelle condamnation d'Apple pourrait mener à une amende allant jusqu'à 10% du chiffre d'affaire de l'entreprise, soit à l'heure actuelle une amende de plus de 23 milliards d'euros.