Bose espionnerait ses utilisateurs pour revendre les données collectées

Bose espionnerait ses utilisateurs pour revendre les données collectées
Bose espionnerait ses utilisateurs pour revendre les données collectées - © Tous droits réservés

Les casques et enceintes du constructeur seraient trop curieux, d'après des utilisateurs qui ont porté plainte. Pire, Bose utiliserait les données collectées pour ensuite les revendre.

Un casque ou une enceinte est un objet plus personnel qu'il n'y paraît. La musique que l'on écoute est le reflet de notre personnalité, mais également les vidéos que l'on regarde, les podcasts que l'on écoute, bref, par le son transite une quantité incroyable d'informations qui peuvent s'avérer très intrusives si mal utilisées.

Une application trop curieuse

Et Bose, un constructeur de produits haut de gamme très réputés, a été pris la main dans le sac d'écoutes abusives. Selon Kyle Zak, un utilisateur lambda, l'application Bose Connect, qui sert à contrôler les casques et les enceintes du constructeur, tiendrait liste du contenu écouté via ces produits. L'entreprise analyserait ensuite ces données pour les revendre à des tiers, à des fins publicitaires, par exemple.

Échange de données contre monnaie sonnante et trébuchante

Cette écoute abusive pose problème, d'autant que Bose est une marque haut de gamme qui vend ses produits très cher. Le QC35, un casque sans fil à réduction de bruit, qui fait actuellement office de référence sur le marché, est vendu pour près de 400€. 

L'application collecte également les informations de base de l'utilisateur comme le nom, le numéro de téléphone et également l'adresse email. Le client a déposé plainte contre l'entreprise auprès du tribunal de Chicago, Bose est accusé de violer le "WireTap Act" américain, qui interdit l'enregistrement et la diffusion de données personnelles à l'aide d'un quelconque dispositif électronique.

Pour l'instant, Bose n'a pas réagi aux accusations.