Avec sa puce M1, Apple tourne la page Intel

La marque à la pomme organisait ce mardi soir une Keynote, la troisième en deux mois, depuis l’Apple Park de Cupertino. 

Trois nouveaux Mac

Le programme était attendu, et malgré le titre de la conférence (One More Thing, petit hommage à Steve Jobs), il y avait peu de surprises. Tim Cook, PDG de l’entreprise depuis 2011, a confirmé que les premiers Mac dotés d’une puce Apple Silicon seraient bien disponibles d’ici la fin de l’année, comme annoncé en juin dernier. 

Mieux encore, les trois produits annoncés, à savoir un MacBook Air, un MacBook Pro et un Mac Mini seront livrés dès le 17 novembre, soit vendredi prochain.

8 images
© Apple
© Apple
© Apple

Adieu Intel, bonjour la M1

Ce qui différencie ces nouveaux modèles de Mac des générations précédentes, c’est la présence du SoC (System on a Chip ou système sur une puce) M1, une puce développée en interne et spécialement conçue pour le Mac. À la manière de la récente A14 Bionic, présente dans les iPhone 12, la puce M1 permet à Apple de contrôler l’entièreté de ses ordinateurs, sans devoir s’appuyer sur des processeurs Intel. 

Côté technique, la marque à la pomme a enchaîné les superlatifs pour vanter les mérites de sa puce, mais ce qu’il faut en retenir, c’est que la M1 est la première puce fabriquée à partir d’un procédé de gravure en 5 nanomètres; qu’elle intègre le cœur de CPU (Central processing unit, sit le microprocesseur) le plus rapide au monde; ou qu’elle offre des performances de traitement jusqu’à 3,5 fois plus rapides, des performances graphiques jusqu’à 6 fois plus rapides et un apprentissage automatique jusqu’à 15 fois plus rapide, tout en offrant une autonomie jusqu’à 2 fois plus longue que les Mac de génération précédente.

8 images
© Apple
© Apple
© Apple

Évidemment, il faudra attendre les premiers tests indépendants afin de vérifier les affirmations d’Apple. Mais sur le papier, il y a de quoi être impressionné. Avec la M1, le Mac se rapproche donc toujours plus de l’iPhone et de sa gestion désormais totalement maîtrisée des performances et de l’autonomie. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que ces nouveaux Mac pourront se réveiller en un instant, comme l’iPhone ou l’iPad sur lequel il suffit de tapoter l’écran pour les allumer. Et surtout, que ces trois nouvelles machines seront capables de faire tourner des applications iPhone/iPad nativement. 

C’est le début d’une transition vers une nouvelle famille de puces conçues spécialement pour le Mac”, explique Apple. “La transition vers Apple silicon prendra environ deux ans, et ces trois systèmes en constituent une première étape tout à fait exceptionnelle.

Big Sur ce jeudi

À noter qu’en plus de la puce M1 et des trois nouveaux Mac, Apple a confirmé que macOS Big Sur, la nouvelle grande version de macOS serait disponible pour tous et gratuitement ce jeudi 12 novembre. Si son surnom (du nom d’une partie de la côte californienne) ne l’indique pas forcément, macOS Big Sur est une véritable avancée pour le Mac puisqu’il s’agit enfin de la version 11.0.

8 images
© Apple

Depuis 2001, avec l’introduction de Mac OS X 10.0 Cheetah, Apple avait enchaîné les surnoms (d’abord des animaux, puis des lieux californiens), mais avait gardé une numérotation débutant par 10. Après 19 ans, macOS 10.15 Catalina laisse donc la place macOS 11.0 Big Sur. 

Voici les principales nouveautés apportées par cette mise à jour : 

Nouveau look

La principale nouveauté est visuelle. Apple a entièrement repensé l’OS, avec des fenêtres aux bords plus arrondies, une barre de menu transparente, des nouvelles icônes pour les applications de base, et l’arrivée du centre de contrôle, inspiré de l’iPhone et de l’iPad. 

Safari

Safari s’améliore encore, en mettant une fois de plus la sécurité et la vie privée au centre de son fonctionnement. Les options telles que Privacy Report et la traduction de pages sont de la partie, tout comme l’arrivée des extensions compatibles avec d’autres navigateurs. Apple améliore également la gestion des mots de passe et des onglets. 

Messages

La version Mac de la messagerie d’Apple est enfin au même niveau que sur iPhone et iPad, avec la prise en charge des groupes, les effets visuels, l’envoi de GIF, les memojis, ou la recherche. Normal, car cette version de Message est basée sur Catalyst, qui permet aux développeurs de transformer leur application iPad en application Mac en quelques étapes.