Apple réduit la voilure dans la conduite autonome mais reste dans la course

Les activités d'Apple dans la voiture autonome font l'objet de nombreuses spéculations depuis des années, certains voyant dans une "Apple Car" le futur produit révolutionnaire de la marque à la Pomme, tant attendu, plus de dix ans après l'iPhone.
Les activités d'Apple dans la voiture autonome font l'objet de nombreuses spéculations depuis des années, certains voyant dans une "Apple Car" le futur produit révolutionnaire de la marque à la Pomme, tant attendu, plus de dix ans après l'iPhone. - © narvikk / istock.com

Apple a indiqué jeudi avoir réduit le nombre d'employés travaillant sur la voiture autonome tout en affirmant poursuivre ses activités dans ce domaine porteur.

Le groupe informatique confirmait ainsi en partie des affirmations de la chaîne CNBC, selon laquelle le "Projet Titan", nom de code interne, avait vu partir 200 personnes, dont une partie doit être redéployée dans le reste du groupe.

Apple n'a jamais révélé combien de gens étaient consacrés à ce projet.

Les activités d'Apple dans la voiture autonome font l'objet de nombreuses spéculations depuis des années, certains voyant dans une "Apple Car" le futur produit révolutionnaire de la marque à la Pomme, tant attendu, plus de dix ans après l'iPhone.

Mais il est plus probable qu'Apple travaille à des technologies à intégrer à des véhicules faits par d'autres plutôt qu'à une voiture entière.

"Nous avons une équipe incroyablement talentueuse qui travaille sur les systèmes autonomes et les technologies qui y sont liées", a indiqué Apple dans une déclaration écrite, sans donner de chiffre.

"Nous pensons toujours que les systèmes autonomes promettent des opportunités énormes, auxquelles Apple a la capacité de contribuer de façon unique", a ajouté le groupe.

"En 2019, l'équipe va concentrer son travail sur des points clés, et donc certains (employés) sont affectés à d'autres endroits du groupe, où ils s'occuperont notamment de l'apprentissage des machines", une des facette de l'intelligence artificielle, a encore dit Apple, qui a nommé l'an dernier un ancien de chez Tesla pour prendre la tête du projet systèmes autonomes.

Les propos d'Apple font écho à ceux de son PDG Tim Cook qui avait pour la première fois officiellement mi 2017 confirmé son intérêt pour la conduite autonome.

"On se concentre sur les systèmes (de conduite) autonomes" car "c'est de loin le projet le plus important dans l'intelligence artificielle", avait-il dit.

Peu avant, le groupe avait reçu un permis des autorités de Californie (ouest) pour tester des véhicules autonomes.

Mais selon certains médias et analystes, Apple a des hésitations dans la stratégie à adopter sur ce marché d'avenir mais déjà surpeuplé, presque tous les grands constructeurs, équipementiers et groupes technologiques étant déjà au travail.


AFP