Apple aurait vendu des MacBook aux écrans défectueux en connaissance de cause

Le MacBook Pro de 2016, avec son clavier “papillon” qui a terni l’image de l’entreprise, continue de hanter Apple. Cinq ans plus tard, ce n’est plus le clavier qui est en cause, mais l’écran. 

Des câbles trop fragiles

Alors qu’un tribunal américain a validé une class-action envers la marque à la pomme à propos du clavier papillon, un autre recours collectif pourrait également voir le jour. 

Selon le juge Edward Davila, le problème dit du “flexgate” était connu d’Apple. “Le tribunal estime que les allégations de tests préalables à la mise en vente, associées aux allégations de plaintes substantielles de clients, suffisent à montrer qu'Apple avait une connaissance exclusive du présumé défaut.


Lire aussi : Apple envisage le retour du look “râpe à fromage”


Pour rappel, le “Flexgate” avait fait parler de lui en 2019, grâce à des révélations du site iFixit, spécialisé dans le démontage d'appareils électroniques. En cause ? Un câble trop court, en charge du rétroéclairage de la dalle LED, et qui était mis à rude épreuve à chaque ouverture du Mac. Résultat, le bas de l'écran n'était pas rétroéclairé de manière uniforme, et une fois l'ordinateur ouvert à 90°, l'écran s'éteignait complètement.

3 images
© iFixit
© iFixit

Une mise à jour discrète

Évidemment, Apple étant Apple, la correction du problème s’est faite de manière discrète. La firme de Cupertino n'a jamais reconnu le problème, mais aurait simplement modifié le câble, en l'allongeant de 2 millimètres. Résultat, le câble est suffisamment long pour supporter de nombreuses ouvertures et fermetures d'écran, sans se casser. Mais il était impossible de savoir quelle version du MacBook Pro bénéficiait de ce nouveau câble.De plus, la réparation gratuite des appareils concernés n’avait été validée qu’après la mise en ligne d’une pétition qui avait récolté 15 000 signatures. 


Lire aussi : iOS 14.5 : Apple proposera un outil pour étalonner la batterie des iPhone 11


Cinq ans plus tard, Apple pourrait donc se retrouver devant les tribunaux. L’affaire n’est pas encore officiellement une action collective, mais pourrait le devenir. Le juge Davila a en tout cas demandé aux plaignants de soumettre une nouvelle plainte.