Amazon va développer sa livraison par drone en France

Amazon va développer sa livraison par drone en France
Amazon va développer sa livraison par drone en France - © amazon

L'entreprise a ouvert un centre de recherche et développement dans la banlieue parisienne pour mettre sur pied son projet de livraison par drone.

Pour Amazon, le futur de la livraison c'est le drone. Cela fait des mois que le groupe communique autour de différents tests menés aux quatre coins du monde, mais cela reste très ponctuel et surtout, cela ne concerne que quelques drones à chaque fois. Ici, un nouveau bureau vient d'être ouvert pour développer le système logiciel pour gérer une énorme flotte d'appareils volants.

Un développement logiciel

Le bureau en question a ouvert ses portes à Clichy, en banlieue parisienne, au nord de la capitale. Il n'est pas encore question de développer le drone en tant que tel, mais plutôt le logiciel maître de ces objets volants. Paul Misener, vice-président de l'innovation au niveau mondial chez Amazon explique : "Il faut faire en sorte que les drones coopèrent ensemble, qu'ils n'aillent pas tous au même endroit au même moment, qu'il puisse réagir face à tous les obstacles possibles, prévisibles comme imprévisibles [...] tout cela nécessite un traitement logiciel très poussé."

Des livraisons en 30 minutes

Une douzaine d'ingénieurs seront à la tâches sur ce dossier qui s'annonce titanesque. Le but annoncé est de pouvoir effectuer une livraison en moins de 30 minutes en ville, et de pouvoir déservire plus facilement les endroits très reculés.

Le projet n'est donc plus à l'étape de la prospection, mais bien du développement. Il est donc maintenant hautement probable de voir des drones livrer des colis d'ici quelques années dans le ciel des grandes villes.

Un cadre légal encore absent

Il reste, cependant, à régler les multiples problèmes de législation qui risquent de se poser autour de ce type de livraison. Aujourd'hui, le pilotage d'un drone est extrêmement encadré au niveau légal en France comme en Belgique. Une flotte de plusieurs milliers de drones autonomes devrait donc nécessiter de - très - nombreuses adaptations au niveau des lois.