Les soucis du Galaxy Fold de Samsung auraient été réglés

Les soucis du Galaxy Fold de Samsung auraient été réglés  
Les soucis du Galaxy Fold de Samsung auraient été réglés   - © Samsung

Le premier smartphone pliable du géant sud-coréen est devenu bien malgré lui un véritable feuilleton de l’été techno.

Si vous avez raté les précédents épisodes, sachez que le téléphone, attendu initialement pour le 26 avril aux États-Unis et le 3 mai chez nous, avait connu de nombreux soucis lors de tests par des journalistes américains. Pour certains, l’écran ne s’allumait plus du tout. Pour d’autres, seule une partie était encore fonctionnelle. Et dans de nombreux cas, l’écran clignotait ou affichait des lignes et autres bugs visuels. De plus, de nombreux journalistes avaient retiré à tort un film plastique, présent sur l’écran, et qui était censé protéger l’appareil.

 

Après de longues semaines sans nouvelles du Galaxy Fold, on apprend via Bloomberg que le smartphone pliable pourrait faire une apparition lors de la présentation du Galaxy Note 10, prévue pour le 7 août prochain à Brooklyn. Selon l’article, Samsung aurait fait en sorte que les bords du film plastique, indispensable au bon fonctionnement du téléphone, soient désormais intégrés sous les contours de l’écran, ce qui empêcherait de le retirer à la main. Difficile à dire si ce changement sera suffisant (un journaliste de The Verge n’avait pas retiré le film plastique et avait malgré tout rencontré des problèmes), mais toujours est-il que Samsung progresse et qu’une nouvelle date de sortie, toujours inconnue à l’heure actuelle, pourrait être annoncée dans les semaines qui arrivent.

 

DJ Koh, PDG de Samsung, pourrait également profiter de l’annonce du Galaxy Note 10 pour faire un nouveau mea culpa public. En début de semaine, le patron avait avoué que le fiasco du Galaxy Fold était "gênant" : " Je l’ai poussé à sortir avant qu’il ne soit prêt. J’admets que j’ai loupé quelque chose avec ce smartphone pliable, mais nous sommes en train de retrouver nos esprits. En ce moment nous examinons 2 000 appareils sous toutes les coutures. Nous avons délimité tous les problèmes. Il y en a certains auxquels nous n’avions même pas pensé, mais grâce à ces critiques, nous pouvons mettre en place des tests de masse", pouvait-on lire dans The Independent.