Une mode responsable et locale, c'est désormais ce qui compte le plus pour les Européens

Une mode responsable et locale, c'est désormais ce qui compte le plus pour les Européens.
Une mode responsable et locale, c'est désormais ce qui compte le plus pour les Européens. - © Gpointstudio - Getty Images/Image Source

La crise de la Covid-19 a totalement bouleversé le secteur de la mode mais également changé les habitudes de consommation des Européens en matière de prêt-à-porter.

La fabrication locale et l'éco-responsabilité représentent plus que jamais des critères d'achat incontournables pour les consommateurs, pour qui la mode reste malgré tout synonyme d'achat plaisir, révèle une étude IFM-Première Vision.

L'éco-responsabilité au coeur des préoccupations

Changer sa façon de consommer la mode pour réduire son impact sur la planète : c'est ce que prévoient de faire les Européens dans les semaines et mois à venir. D'après l'étude, près des deux tiers d'entre eux (64,1%) souhaitent désormais se tourner vers des articles fabriqués à partir de matériaux éco-responsables. Un chiffre qui grimpe à 66,1% pour les Français et à 76,2% pour les Italiens. Notons également que les plus jeunes sont plus particulièrement enclins à consommer responsable (73,1% des 18-34 ans en Europe).

Autre fait important, les consommateurs sont prêts à dépenser plus pour des vêtements respectueux de la planète.

En France, plus particulièrement, avec pas moins de 36,8% des sondés qui n'auraient aucun problème à y consacrer un budget plus important, et une majorité (51,6%) qui seraient prêts à dépenser la même somme pour de la mode éco-responsable. A l'échelle européenne, ce sont 30% des répondants qui se déclarent favorables à dépenser plus pour consommer mieux.

Quand ils pensent éco-responsables, les Européens pensent surtout "matières". Plus de 40% d'entre eux considèrent les matériaux comme le principal critère pour un achat éco-responsable. Un chiffre qui monte même à 43,8% et 45,6% pour les Britanniques et les Allemands, respectivement.

Un besoin de transparence

Végan, éco-responsabilité ou durabilité sont des termes qui envahissent progressivement le secteur de l'habillement mais les consommateurs s'intéressent à d'autres critères qui leur paraissent tout aussi importants. La transparence et la fabrication locale sont également des points primordiaux que les Européens ne veulent plus négliger. 60% d'entre eux feront à l'avenir attention au lieu de fabrication des produits concernés, tandis que 58,5% auront tendance à se diriger vers une fabrication locale. 

Encore une fois, les plus jeunes ne transigeront pas sur ce critère. Plus d'un tiers des 18-34 ans n'auront aucun scrupule à boycotter des articles faits à l'étranger.

La mode, vecteur de plaisir

Malgré tout, les Européens ne voient pas la mode comme une contrainte et prennent toujours du plaisir lorsqu'ils s'adonnent à une séance de shopping. Certains prévoient même d'augmenter leur budget, même s'il s'agit d'une minorité. Cela concerne plus exactement 13,7% des femmes et 17,1% des hommes. Parmi eux, 88,9% souhaitent s'adonner au "revenge shopping" pour compenser l'absence d'achats durant le confinement.

Cette étude prospective a été menée courant juin par l'Institut Français de la Mode dans le cadre de la Chaire IFM-Première Vision auprès de 5.000 consommateurs âgés d'au moins 18 ans, constituant un échantillon représentatif pour la France, l'Allemagne, l'Italie, le Royaume-Uni, et qui s'est penchée sur les perspectives de consommation pour le second semestre 2020.