Seconde main : trois choses à savoir sur l'application Depop

La place de marché en ligne dédiée aux créateurs et artisans indépendants Etsy a racheté l'application britannique Depop pour 1,6 milliard de dollars, s'ouvrant ainsi un peu plus les portes de la seconde main.

La seconde main a décidément réussit à piquer des parts de marchés dans tous les domaines de la consommation. Que ce soit la mode, l'art, la technologie ou encore l'ameublement, le confinement a été un déclencheur pour une tendance qui s'affirmait encore timidement il y a quelques années. On voit même les géants s'y mettre, comme Ikea qui a ouvert en 2020 son premier magasin d'articles de seconde main en Suède.


Lire aussi : Et si vous en profitiez pour vous mettre à la seconde main ?


Si vous ne la connaissez pas encore, Depop pourrait rapidement faire partie de vos nouvelles habitudes quotidiennes en matière d'achat - et de vente - de vêtements d'occasion.

Voici ce qu'il faut savoir sur cette application, qui célèbre cette année son dixième anniversaire.

Entre le réseau social et la seconde main

Fondée en 2011 par Simon Beckerman, l'application Depop est à l'origine pensée comme un réseau social, un format qu'elle cultive toujours aujourd'hui, même si le programme a considérablement évolué.

La notion de communauté demeure au centre de l'application, bien qu'il s'agisse désormais de pouvoir découvrir au quotidien les inspirations mode de vos amis et des personnes que vous suivez, ainsi que les pièces qu'ils achètent ou vendent. Et bien évidemment, vous pouvez en faire de même.

L'équipe de Depop revendique l'aspect durable du concept, "plus respectueux de la planète et plus respectueux des gens", qui permet d'acheter et de vendre des vêtements déjà portés, donc de réduire son impact environnemental tout en gagnant de l'argent.

Si le graphisme et les contenus se rapprochent de ceux d'un réseau social, Depop offre les mêmes services que Vinted, Videdressing, Vestiaire Collective ou toute autre plateforme qui donne la possibilité aux consommateurs d'acheter et de vendre des vêtements d'occasion.

Intuitive, personnalisée et pas uniquement centrée sur la mode

L'application est simple d'utilisation. Il suffit de s'inscrire, de renseigner des informations personnelles (nom d'utilisateur, contacts...) et de faire part de ses goûts en matière de mode (marques préférées, inspirations, vêtements recherchés...) pour profiter de recommandations en phase avec votre style.

Il est possible d'explorer l'application via plusieurs entrées dont les nouveautés, les vendeurs les plus "intéressants" et bien évidemment, les catégories.

Enfin, si vous ne souhaitez pas vous contenter d'acheter des articles de mode, vous pouvez créer votre propre boutique pour mettre en vente les vêtements qui ne vous intéressent plus.

Plus de 32 millions d'articles sont actuellement en vente sur Depop. On trouve de tout, et pour tous les goûts. Des marques pointues, des marques éthiques, des maisons de luxe et même de la fast fashion sont proposés dans une foule de catégories. Car l'application ne se concentre pas (uniquement) sur la mode, on peut également y découvrir des accessoires, des chaussures, des équipements sportifs, de la high-tech, des bijoux ou encore des cosmétiques. 

La destination shopping de la Gen Z

L'application compte aujourd'hui plus de 30 millions d'utilisateurs issus de pas moins de 150 pays. Et si l'on s'intéresse aux utilisateurs actifs de Depop, 90% seraient âgés de moins de 26 ans, ce qui signifie que la Gen Z est sa principale cible. Ce qui n'est pas le cas d'Etsy, dont la moyenne d'âge des utilisateurs est bien plus élevée.

Il suffit d'ailleurs de comparer les comptes TikTok, réseau social privilégié de la Gen Z, des deux destinations shopping pour s'apercevoir que Depop (144.000 abonnés) concentre plus de jeunes shoppers que la place de marché Etsy (16.000 abonnés).

"Nous sommes tout simplement ravis d'intégrer Depop - que nous pensons être le marché de la revente pour les consommateurs de la génération Z - à la famille Etsy", a d'ailleurs souligné Josh Silverman, président-directeur général d'Etsy, lors de l'annonce du rachat.