Rencontre avec David Olkarny, beau gosse et photographe hyper branché

Peux-tu nous raconter ton parcours ?

Je suis photographe indépendant depuis maintenant trois ans. Après des études de cinématographie à Forest, j’ai bifurqué vers la photo. C’est un milieu qui semblait mieux me correspondre : plus spontané, plus vivant, plus humain. Mais ce que j’ai appris en cinéma m’a quand-même servi, en tout cas au niveau de la lumière et du cadrage. À côté de ça, le côté technique de la photo, je l’ai appris en autodidacte : j’ai acheté des livres, consulté des blogs, expérimenté pas mal de tutoriels. Pendant plusieurs mois je m’y suis consacré de manière obsessionnelle, je voulais apprendre très vite. J’aurais pu refaire trois ou quatre ans en photo mais le côté trop académique m’a découragé. Je pense que la meilleure des manières, c’est d’apprendre tout seul.

 

Dans quelle mesure les réseaux sociaux t’ont-ils aidé à accroître ta notoriété ?

Je suis très branché " social network ". Je trouve qu’en 2014, c’est devenu vraiment important de pouvoir se démarquer sur les différents réseaux sociaux. Chacun a son utilité, quand je poste une photo, je la mets sur +/- 8 réseaux différents, mais pas au même moment, histoire d’être vraiment partout sur le web. Que ce soit en Belgique, en France ou à l’étranger. Je varie la langue des commentaires pour atteindre un plus large public. Si d’un coup, tous mes comptes disparaissaient, je me sentirais bien perdu ! Et j’aurais de sérieuses difficultés à m’arranger avec de nouveaux clients potentiels. Avant on passait par les Pages d’Or. À présent, le premier endroit où les gens vont voir c’est Facebook. Donc oui, les réseaux sont devenus indispensables !

 

Que penses-tu des selfies ?

J’en fais, mais pas trois par jour non plus. J’aime quand le selfie raconte quelque chose, que je sois vraiment en condition, pas moi bêtement devant le miroir ! Je trouve que le traditionnel " selfie salle de bain ", ça donne un côté très égocentrique. Ce que j’aime dans les seflies, c’est plutôt l’ambiance, le côté original et singulier.

 

10 images
Instagram © ©David Olkarny

Si tu devais décrire ton style…

Mmmh pas facile à décrire ! Je dirais onirique, un peu féérique. J’essaye de tendre vers un style plus cinématographique, ce que j’aime c’est raconter une histoire. Je veux faire rêver, provoquer une émotion intense chez les gens. Je veux que chacun puisse interpréter la photo à sa façon.

 

Quelle place tient la mise en scène dans tes photos, comment procèdes-tu généralement ? Tout est mûrement réfléchi à l’avance ou tu travailles plutôt sur l’impulsion du moment ?

Autant j’aime apporter une touche de magie à mes clichés, autant le côté spontané et imprévisible de la photo est indispensable. Je n’aime pas préparer mes shootings des semaines à l’avance sinon le travail devient prévisible et plus ennuyeux. Je préfère me rendre à un endroit avec le modèle et trouver l’inspiration sur place. Pour moi, ça fonctionne toujours bien mieux sur l’impulsion du moment.

 

Tu voyages beaucoup, lequel de tes séjours t’a le plus inspiré et pourquoi ?

Chaque destination a vraiment son caractère particulier. Je suis un grand fan de l’Asie, que ce soit la Thaïlande, la Malaisie ou encore l’Indonésie. J’aime surtout les couleurs, l’état d’esprit et on y mange super bien ! Mais en termes de photo, j’adore les paysages du style " carte postale ", les trekkings en forêt, les magnifiques couchers de soleil. Même observer les gens vivre c’est passionnant ! Donc pour moi, y a pas mieux que l’Asie et j’ai bien l’intention d’y retourner encore et encore.

 

10 images
Tatiana © ©David Olkarny

Pas facile de percer de nos jours, un conseil pour ceux qui voudraient se lancer ?

Le meilleur conseil que je pourrais leur donner, c’est de prendre des photos qu’ils aiment, qui leur parlent et pas seulement des photos pour épater la galerie. C’est une erreur que j’ai faite moi-même il y a quelques temps et j’ai eu l’impression de me perdre en route. C’est important de croire à son travail et de faire des choses inspirantes.
Être un bon commercial, ça peut également aider ! Savoir parler d’argent dans un milieu où tout se négocie, c’est vraiment un plus qui peut faire la différence. Aujourd’hui c’est indispensable d’accorder de l’importance au web marketing pour se faire connaître.

 

Est-ce qu’il t’arrive de travailler pour des agences de mannequin ?

Ça m’est arrivé oui, mais ça ne deviendra jamais mon quotidien. Je n’aime pas devoir rentrer dans un moule, travailler avec des mannequins qu’on m’impose. Je préfère vraiment travailler en freelance comme je le fais maintenant.

 

L’année dernière tu photographiais Bastian Baker, cette année tu fais la pochette du nouvel album de Jali, alors dis-nous tout… fan de The Voice ?

Je suis assez fan c’est vrai ! Je regarde souvent, surtout au début, lors des blind tests. Je trouve ça très intriguant. Je regarde assez peu la télé dans l’ensemble, mais The Voice avec un bon petit plat, j’aime beaucoup !

 

10 images
Bastian Baker © ©David Olkarny

Des projets pour les mois qui viennent ?

Plein de voyages à l’étranger, notamment en Italie. Plusieurs mariages aussi, le prochain aura lieu en Australie. Beaucoup de projets, beaucoup de couleurs, beaucoup de paysages et je n’hésiterai pas à partager tout ça sur mes réseaux sociaux.

 

On ne lui souhaite que du positif pour 2015 ! Retrouvez toutes ses photos sur son site web ou suivez le sur Facebook, Twitter ou Instagram.

Lola Diet

 

10 images
Rencontre avec David Olkarny, beau gosse et photographe hyper branché © ©David Olkarny
10 images
Camille © ©David Olkarny
10 images
Rencontre avec David Olkarny, beau gosse et photographe hyper branché © ©David Olkarny
10 images
Rencontre avec David Olkarny, beau gosse et photographe hyper branché © ©David Olkarny
10 images
Rencontre avec David Olkarny, beau gosse et photographe hyper branché © ©David Olkarny
10 images
Rencontre avec David Olkarny, beau gosse et photographe hyper branché © ©David Olkarny