Quand la mode s'empare du coronavirus...

"L'utilisation du masque est très symbolique parce que le masque ne fait pas que vous protégez, ce qu'il va faire, c'est vous aliénez des gens autour de vous", a expliqué à le styliste sud-africain Gavin Rajah.
"L'utilisation du masque est très symbolique parce que le masque ne fait pas que vous protégez, ce qu'il va faire, c'est vous aliénez des gens autour de vous", a expliqué à le styliste sud-africain Gavin Rajah. - © RODGER BOSCH/AFP

La pandémie de coronavirus s'est invitée à la Fashion Week du Cap cette semaine, où des mannequins ont défilé avec des masques de strass rouge, violet ou blanc pour dénoncer le "racisme" que ces objets peuvent représenter.

Des masques en strass

"L'utilisation du masque est très symbolique parce que le masque ne fait pas que vous protéger, ce qu'il va faire, c'est vous aliéner des gens autour de vous", a expliqué le styliste sud-africain Gavin Rajah. "Cela va vous mettre en marge. (...) C'est une nouvelle forme de racisme, de sectarisme", a-t-il ajouté.

Sur le podium, les mannequins en trench brodé, en robe de tulle rose bonbon ou jaune canari au colleté profond ont les visages rehaussés de superbes masques de strass dessinés sur les lèvres ou autour des yeux. 

"Nous essayons de créer une forme d'expression et de transformer quelque chose de négatif en quelque chose qui soit beau", a encore dit le couturier. 

Ces masques "contribuent à résumer l'état dans lequel le monde entier se trouve", a réagi la journaliste de mode Tara Lee Jurgels, après le défilé. "C'est la pagaille avec le coronavirus et en même temps (ces masques) sont beaux. (...) C'est une source d'inspiration."

Sur le continent africain, plus de 160 cas ont pour l'instant été recensés et 5 personnes sont mortes. En Afrique du Sud, 24 cas de coronavirus ont été confirmés, mais aucun mort n'a été signalé .