Pantalon, jupe, bikini : mode et provoc ont toujours fait bon ménage

Pantalon, jupe, bikini : mode et provoc ont toujours fait bon ménage.
Pantalon, jupe, bikini : mode et provoc ont toujours fait bon ménage. - © Aleksandr Morozov - Getty Images

Porter une jupe, c'est grave docteur ? Objet de la polémique sur la tenue idéale à adopter à l'école et motif de plusieurs agressions en France, la jupe - ou plutôt la mini-jupe - est au cœur de toutes les attentions. Alors, la jupe est-elle provocante ?

Le débat ne date pas d'hier en réalité, il est même récurrent depuis sa démocratisation dans les années 1960, tout comme ce fut le cas pour le pantalon et le bikini des années plus tôt. La mode féminine n'a-t-elle pas toujours été subversive finalement, ne serait-ce que pour faire bouger les lignes ?

La mini-jupe, icône de l'émancipation féminine

Qu'elle soit le fait de Courrèges ou de Mary Quant, la mini-jupe fait partie de ces pièces mode subversives qui ont contribué d'une manière ou d'une autre à l'émancipation de la femme.

Si le débat subsiste encore en 2020 quant à son caractère provoquant ou non, la mini-jupe est à l'origine synonyme de liberté et de modernité pour les femmes, qui se sont ruées dessus dans la première moitié des sixties en Europe.

Ce simple petit bout de tissu a contribué, ou tout du moins accompagné des changements majeurs pour les femmes dans la société.

Rébellion, émancipation, libération, peu importe le mot utilisé, les femmes ont pour la première fois exposé leurs jambes et leurs cuisses à la vue de tous, sans complexe ni pudeur, n'en déplaise à ceux - et celles - qui ont crié au scandale. Ce n'était pas la première fois, et visiblement pas la dernière, que la mode accompagnait à sa manière certaines mutations de la société.

Pantalon, bikini : des pièces "scandaleuses" devenues incontournables

Le pantalon a lui aussi été un symbole d'émancipation et longtemps été considéré comme une pièce provocante. Difficile de l'imaginer des décennies plus tard, alors que le fait de montrer ses jambes est considéré comme indécent dans l'imaginaire collectif, et pourtant…

Contrairement à la jupe (longue), qui rend le sexe féminin accessible, le pantalon est par définition un vêtement cloisonné qui, de surcroît, pouvait donner aux femmes la liberté de s'adonner aux mêmes activités que ces messieurs.

A quelques exceptions près, le pantalon était donc interdit aux femmes dès 1800 par une loi qui a été totalement abrogée en France en… 2013. Heureusement, les femmes l'ont massivement adopté au cours du XXe siècle, de façon très progressive, le vêtement ayant une fois encore participé à la libération de leur corps comme à leur émancipation.

Et le bikini, on en parle ? Un choc ! Louis Réard, l'inventeur de sa version la plus moderne, en sait quelque chose puisque le scandale s'est substitué à son succès. Interdit dans certains pays dans un premier temps, il fait finalement un retour triomphant sur les plages pour devenir, comme le pantalon et la mini-jupe, un incontournable du vestiaire féminin.

Un éternel recommencement, en somme, pour la simple et bonne raison que la mode est subversive par essence puisqu'elle s'adapte à son époque tout en contournant certaines règles de bienséance - ou bien-pensance - pour se distinguer et accompagner celles qu'elle habille dans une société en mouvement.

Subversion ou avant-gardisme ?

Toutes les pièces considérées à un moment de l'Histoire comme provocantes n'étaient-elles finalement pas simplement avant-gardistes ? Ce sont bel et bien les créateurs les plus subversifs, tant adulés que critiqués, qui ont laissé leur empreinte dans l'histoire de la mode.

Yves Saint Laurent en fait partie, sans aucun doute, au point d'avoir totalement révolutionné la garde-robe féminine. Que dire de sa collection dite "Libération", présentée en 1971, qui puise son inspiration dans le style des années d'Occupation ? Un scandale, à l'époque. Une collection marquante et incontournable depuis. 

Vivienne Westwood, comme en témoigne l'exposition qui lui est actuellement consacrée à Lyon, mais aussi Mugler, Karl Lagerfeld ou encore Alexander McQueen, font partie de ces créateurs qui ont bousculé les codes. Ils sont d'ailleurs toujours plus nombreux au fil du temps, témoignant d'une frontière toujours plus floue entre mode et subversion.