Marc Jacobs revisite les années 80 avec panache

Ces mannequins aux manteaux immenses de couleurs vives, avec de grands boutons, qui ont, les premières, remonté l'allée mercredi, chapeau cordobes noir descendu sur les yeux, offraient un vol direct vers une autre époque.

Il y avait du "flamboyant", de l'"extravagant", dans cette livraison automne/hiver 2018, comme en témoignaient les notes de collection.

Le New-Yorkais de 54 ans avait choisi, pour accentuer le caractère opulent de cette collection, des "matières riches et magnifiques", telles le cachemire ou la faille, une très belle soie.

Les mannequins portaient aussi écharpes ou étoles, voire jabots, donnant encore plus de volume à leur silhouette et une allure exceptionnelle, observée par les rappeuses Cardi B et Lil' Kim, invitées d'honneur.

Il y avait un côté structural dans ces ensembles composés d'un tailleur aux épaules carrées et un pantalon en cuir ample, donnant l'impression d'une taille très fine.

 

Dans le même esprit de volume, les robes portaient des pièces de tissu rebrodées et habilement froissées, symbole d'une collection à la fois outrancière et parfaitement maîtrisée.

Elle a été saluée sur les réseaux sociaux comme l'un des rayons de soleil de cette Fashion Week, une démonstration de force de celui qui demeure le phare de cette semaine new-yorkaise.

A l'extérieur de l'Armory, l'ancien bâtiment militaire de l'Upper East Side où se déroulait le défilé, un petit groupe de manifestants s'était positionné pour dénoncer l'utilisation de la fourrure par Marc Jacobs.