Le couturier Karl Lagerfeld est décédé à l'âge de 85 ans

Karl Lagerfeld était le directeur artistique de Chanel depuis 36 ans et la maison a confirmé le décès de l’icône de la mode.

Le couturier célèbre avait été admis à l'hôpital américain de Paris lundi soir en urgence. Selon Public, il souffrait d'un cancer du pancréas.

Absent du défilé Chanel le 22 janvier dernier, les rumeurs sur son état de santé allaient bon train mais la maison de couture s'était voulue rassurante, prétextant un gros état de fatigue.

 

Le Kaiser de Chanel

Celui que l'on surnommait le "Kaiser" ou "King Karl" était né à Hambourg en 1933 (même si sa date de naissance exacte reste un mystère qu'il aimait à maintenir) et avait fait ses débuts chez Balmain puis Patou et Chloé, avant de rejoindre la griffe italienne Fendi, en 1965 et enfin Chanel, en 1983.

Ce seront ses années passées au sein de la maison de la rue Cambon qui resteront dans l'histoire de la mode française et qui marqueront les esprits.

Recruté par les frères Wertheimer - propriétaires de Chanel - comme option de la dernière chance pour une marque en perte de vitesse, la réussite de Karl Lagerfeld ira très au-delà de leurs espérances.

Imprégné de l'histoire de la maison, le couturier parvint à profondément moderniser l'allure de la griffe tout en préservant ses emblèmes: tailleur en tweed, perles et sac matelassé flanqué des deux "C" entrecroisés. Grâce à lui, Chanel s'est hissé sur le podium des plus grandes marques de luxe mondiales aux côtés de Louis Vuitton, propriété de LVMH.

La griffe avait dévoilé à la surprise générale et pour la première fois de son histoire ses résultats financiers en juin 2018, faisant état d'un chiffre d'affaires de 9,62 milliards de dollars en 2017.

La succession de Karl Lagerfeld constitue un enjeu majeur pour Chanel, qui n'a jusqu'ici rien dévoilé de ses choix. Le nom de Virginie Viard, bras droit du couturier, a maintes fois circulé dans les milieux de la mode.

 

Cheveux blancs, lunettes noires

Cheveux blancs tenus par un catogan, lunettes noires, hauts cols de chemise amidonnés, doigts couverts de bagues et débit de mitraillette: le couturier allemand à l'allure de marquis rock'n roll était reconnaissable entre tous.

Il était à la tête de trois marques (Chanel, Fendi et sa griffe éponyme), mais son nom reste étroitement associé à la maison de la rue Cambon, dont il n'a cessé de bousculer les codes en réinventant les classiques tailleurs de tweed et les sacs matelassés. Homme de son temps, il signait des défilés aux mises en scène spectaculaires, reconstituant sous la verrière du Grand Palais tantôt une plage plus vraie que nature, tantôt les quais de Seine avec les boîtes de bouquinistes ou une forêt enchantée qui faisaient un tabac sur les réseaux sociaux.

Après une enfance aisée dans la campagne de l'Allemagne nazie, il déménage avec sa mère à Paris dans les années 50. Sa carrière est lancée après qu'il a remporté le premier prix du concours du "Secrétariat international de la laine", ex-æquo avec Yves Saint-Laurent en 1954.

Il savait mieux que personne capter l'air du temps. Comme en 2004 quand il avait dessiné une collection capsule pour le géant suédois du prêt-à-porter H&M, une démarche ensuite imitée par de nombreux créateurs.

Boulimique de travail, enchaînant les collections, Karl Lagerfeld avait aussi la passion de la photographie et signait les campagnes Chanel.