La Fashion Week de Paris en trois tendances

Les années 80 étaient à l'honneur chez Saint Laurent. Paris, le 27 février 2018.
Les années 80 étaient à l'honneur chez Saint Laurent. Paris, le 27 février 2018. - © ALAIN JOCARD / AFP

La semaine de la mode parisienne a pris fin le mardi 6 mars, livrant de nombreuses inspirations pour l'automne-hiver 2018-2019.

De plus en plus éclectiques, les collections dévoilées durant ces neuf jours ont permis de mettre en évidence quelques tendances fortes. Les années 80 ont largement influencé les créateurs cette saison, tout comme la nature, au sens le plus large du terme, et le masculin-féminin, très présent.

 

Le retour des années 80

Toujours très influentes dans la mode, les eighties seront plus que jamais présentes dans le vestiaire des femmes pour la saison automne-hiver 2018. Plusieurs créateurs ont puisé leur inspiration dans cette décennie empreinte de liberté, de féminité, et d'une certaine folie.

Sur les podiums, cela s'est traduit par des épaules surdimensionnées, des couleurs électriques ou fluorescentes, du lamé, une taille marquée, ou encore des manteaux, des vestes ou des tops oversized portés avec des pantalons slim, des shorts ou des jupes près du corps. Balmain, Saint Laurent, et, dans une moindre mesure, Isabel Marant et Junya Watanabe, ont remis les années 80 au goût du jour à Paris.

 

Ode à la nature

Paysages champêtres, imprimés floraux, univers équestre, ou encore engagement pour la cause animale : la nature s'est invitée dans la capitale à l'occasion de la Fashion Week, prenant des formes diverses et variées. L'univers hippique a tout particulièrement influencé les créateurs cette saison. Le label Off-White s'est amusé avec ce thème, proposant de nombreux motifs de chevaux, des bottes d'équitation, et des coupes dédiées. La tendance était également marquée chez Isabel Marant et Chloé.

Dans un autre registre, Lacoste a fait voyager ses invités à la campagne. La marque en a profité pour évoquer le sort de certains animaux en voie de disparition, les substituant à l'iconique crocodile sur une poignée de polos.

 

Le masculin-féminin

Ce Fashion Month a clairement fait la part belle à une nouvelle féminité, entre sensualité, décontraction, et liberté. Cela s'est traduit par des pièces confortables, empreintes de touches sportswear, et des détails ou des coupes piochés dans le vestiaire de l'homme. Le tout donnant aux femmes un sentiment de confiance et d'assurance maximal. L'une des pièces maîtresses de ces défilés, le costume d'homme a été réinterprété de multiples façons, et transposé au dressing de la femme. Vu chez Nina Ricci, Sonia Rykiel, Dries Van Noten, ou encore Guy Laroche.