Fashion Week masculine à Milan: transparences et chinoiseries

2ème journée de défilés pour le prêt-à-porter masculin à Milan
2 images
2ème journée de défilés pour le prêt-à-porter masculin à Milan - © ©Marinovicphotography/shutterstock.com

De la transparence chez Ermenegildo Zegna, une élégance intemporelle pour Emporio Armani et des "chinoiseries" au menu de Dolce&Gabbana: la deuxième journée des défilés de prêt-à-porter masculin pour l'été 2016 à Milan a visé large, comme le sont désormais les pantalons.

L'homme selon Stefano Pilati, le directeur artistique d'Ermenegildo Zegna, est "romantique mais sûr de lui, fort et avec une attitude presque féminine", en insistant sur le "presque".

Loin de lui l'idée de faire défiler ses mannequins en maillot de bain, comme l'a fait Dirk Bikkembergs vendredi soir, dans le cadre enchanteur des Thermes de Milan.

Non, chez Zegna, on porte des costumes noirs, des manteaux trois quarts, en matière fluide, et des chemises à manches longues.

Les motifs sont écossais ou prince-de-galles, et les couleurs très consensuelles: beaucoup de gris, du rose mais pâle, du violet.

Un seul petit "soyons fous" dans ce défilé, et qui semble en passe de devenir une tendance: la transparence.

"C'est l'approche tailleur de la mode, traduite en transparence", explique Stefano Pilati, commentant les larges pantalons en voile de coton de ses mannequins, resserrés aux chevilles, mais dont certains, blancs, laissent deviner des caleçons ou des shorts plus mats. Aux pieds, des mi-mocassins indiens, mi-sandales.

Même attention portée à la légèreté chez Emporio Armani, dont la collection est encore une fois classique, bien taillée, élégante et résolument moderne à la fois.

Béret enfoncé sur la tête ou porté à la main, les mannequins semblent glisser tant leurs costumes de soie semblent taillés pour l'envol.

Couleurs "fusion" --beaucoup de gris là aussi, mais aussi du bleu marine et du vert d'eau-- et peu d'imprimés, et encore ces pantalons à pinces aux cuisses larges mais resserrés au dessus des chevilles, voire à mi-mollet.

Au diable donc les slims! "J'ai décidé de réagir au pantalon cigarette, souligne Giorgio Armani. Peut-être que cette nouvelle forme ne sera pas bien accueillie au départ, mais vous verrez qu'au final, on la comprendra".

Au son d'une chanson italienne sur laquelle il ferait bon danser pieds nus à la plage, s'enchaînent des tenues très urbaines, avec écharpes légères et tennis de ville, mais que de fines bretelles encanaillent un peu.

Le côté canaille était attendu justement chez Dolce&Gabbana. Mais ce sont des "chinoiseries" que l'on a vues.

Quand Sicile, région d'origine des deux stylistes, et Chine, source d'inspiration de la "Palazzina cinese" de Palerme, ancienne demeure royale des Bourbon de Naples, se mêlent, il s'ensuit un mix de couleurs et d'imprimés.

 

RTBF TENDANCE avec AFP