Des Fashion Weeks aux robes couture : le luxe est désormais à portée de clics

Des Fashion Weeks aux robes couture : le luxe est désormais à portée de clics.
Des Fashion Weeks aux robes couture : le luxe est désormais à portée de clics. - © AleksandarGeorgiev - Getty Images

Essayer une robe couture, pénétrer dans une boutique de luxe ou se constituer un dressing digne des plus grands tapis rouges... Un rêve qui n'est désormais plus si inaccessible que ça. Le confinement a poussé les grandes maisons à se réinventer. Et bonne nouvelle, cette transformation passe par le digital, qui ne demande qu'une bonne connexion à défaut d'un porte-monnaie plus garni.

Qui aurait imaginé il y a à peine 10 ans que le luxe s'ouvrirait un jour à un aussi large public ? Certaines maisons, la plupart en réalité, n'avaient même pas encore ouvert les portes de leur(s) e-shop(s). Difficile d'imaginer que luxe et internet pouvaient faire bon ménage, si l'on considère qu'il n'est - n'était - destiné qu'à celles et ceux qui peuvent dépenser sans compter pour garnir leur garde-robe, et davantage encore si l'on estime que luxe rime souvent avec exclusivité.

Et pourtant, le confinement a d'une certaine façon accéléré sa démocratisation. Car si certaines marques avaient déjà anticipé un passage au digital, d'autres ont vu le confinement et la crise sanitaire comme l'occasion de se réinventer et de trouver d'autres moyens que le "physique" pour s'adresser à leur communauté. Et l'avantage, c'est que le plus grand nombre en profite.

Tous en front row !

Fini l'attente interminable devant des barrières couleur bitume pour avoir la chance de voir le bras gauche, la frange ou le dos (le plus souvent) des fashionistas les plus influents de la planète. Ou pire, les jeux-concours qui permettaient d'avoir son ticket pour un seul et unique show. Le confinement a totalement bouleversé le calendrier des défilés, ouvrant la voie à des Fashion Weeks digitales pour la toute première fois.

Il est actuellement possible de visualiser les présentations, événements, et performances de la Semaine de la haute couture sur une plateforme unique. Une première qui se poursuivra avec les Fashion Weeks homme de Paris et Milan. Est-ce que cela perdurera ? Peu de chance. Mais certains créateurs et grandes maisons ont déjà fait savoir qu'ils réfléchissaient à briser le rythme effréné des défilés et à organiser leurs présentations différemment.

Les outils de la mode de demain ?

Olivier Rousteing, directeur artistique de Balmain, multiplie depuis des années les initiatives pour rendre la mode haut de gamme, voire luxe, plus accessible. Il a encore innové dernièrement en inaugurant un showroom virtuel pour présenter sa collection croisière. En soi, le concept n'est pas nouveau, d'autres maisons comme Gucci l'ont fait en réponse au confinement.

Mais Olivier Rousteing a vu encore plus loin puisque c'est l'adresse mythique du 44 rue François Ier qui a été reconstituée à l'identique. Et surtout, c'est le directeur artistique lui-même (ou son avatar) qui accueille les visiteurs - professionnels comme particuliers - pour leur dévoiler les nouvelles silhouettes.

Un concept novateur qui pourrait donner des idées aux principaux acteurs du secteur pour rester en contact avec le public quelle que soit la situation.

Aujourd'hui, il est également possible d'essayer des robes couture sans avoir à se promener sur l'avenue Montaigne. En jogging, installé sur son canapé, il suffit de disposer d'applications ou de jeux comme Drest ou Animal Crossing pour porter du Prada, du Gucci, du Marc Jacobs, du Valentino ou du Oscar de la Renta.

Un véritable terrain de jeux pour les fashion addicts, qui peuvent créer des looks à l'infini via leur propre avatar, les poster sur les réseaux sociaux et devenir à leur tour des stylistes, voire les directeurs artistiques de demain.