Coronavirus : quand le secteur de la mode s'empare des masques

Puisque le masque devient une obligation dans différents pays et un conseil dans la vie de tous les jours pour se protéger soi et les autres de la propagation du coronavirus, il n’y a pas de raison qu’on ne tente pas d’en faire quelque chose de stylé et de surfer sur la vague de rentabilité que cela peut représenter...

En Angleterre, le dernier indice Lyst, un rapport trimestriel qui analyse le comportement de 9 millions d’acheteurs chaque mois pour suivre la demande des consommateurs, signale une augmentation de 496% des recherches de masques faciaux au cours du dernier trimestre (logique effectivement) et nomme le masque facial avec le logo Off-White (au prix de 87€) comme l’accessoire le plus convoité.

Un accessoire pour s’exprimer et se protéger

Le masque est probablement l’accessoire de mode le plus visible aujourd’hui puisque, même si de nombreuses personnes ne sont pas convaincues de son efficacité ou de sa réelle utilité, la pression sociale d’être le seul au supermarché à ne pas en porter est plus forte que les doutes ressentis. De ce fait, c’est un "accessoire de mode" que l’on risque de croiser encore longtemps, tant que l’angoisse liée au Covid-19 ne sera pas retombée et probablement jusqu’à la découverte d’un vaccin. En plus d’une protection contre la maladie, ce masque représente la conscience citoyenne de celui qui le porte.

Cette conscience, cette manière de dire "je suis responsable, je pense à votre sécurité et à la mienne" est une déclaration qui peut s’apparenter à notre manière de nous exprimer à travers les vêtements de manière générale. Dans ce sens, il n’aura pas fallu longtemps pour que des marques ou des petits créateurs se lancent dans la création de masques avec des déclarations fortes du type : "si vous lisez ceci, vous êtes trop près" ou encore "must-have".

Cet accessoire est devenu un moyen pour les gens d’exprimer leur sens de la mode, leurs intérêts et même leur sens de l’humour à une époque où la plupart des gens sont passés des tenues de printemps aux joggings d’intérieur.

Les marques qui proposent des masques

Des marques de mode comme Prada, Gucci ou Fendi ont commencé à fabriquer des masques fonctionnels (mais pas spécifiquement fashion) pour les professionnels de la santé. A Paris, le siège de Louis Vuitton utilise les mains expertes des couturières et couturiers pour fabriquer des masques blancs comme neige et des blouses d’hôpital pour les offrir aux hôpitaux parisiens.

Il n’aura pas fallu attendre longtemps avant de trouver des masques sur Zalando. Blanc ou noir, en tissu et signalé comme "écoresponsable", dont les profits de vente seront reversés aux efforts internationaux contre le coronavirus via Humedica. Des marques américaines comme Rag and Bone ou J.Crew mettent eux aussi des masques en vente qu’ils proposent à l’envoi vers l’Europe.

D’autres grandes marques proposent également leur version fashion du masque comme Supreme qui a publié sur son compte Instagram une photo du masque jaune et noir qu’ils ont créé en collaboration avec The North Face.

Mais si les modèles neutres que Zalando propose aujourd’hui ne vous plaisent pas suffisamment ou que les modèles de haute couture sont trop chers pour votre portefeuille (comme pour le nôtre), Disney propose depuis peu des masques aux effigies de nos héros préférés (19,99 $ pour un pack de quatre) et Playmobil a mis en vente des masques en plastique facilement lavables.

Et finalement, si vous préférez soutenir les petites mains belges qui se sont mises à la création de masques en tissus, lavables et réutilisables avec des designs et des tissus à n’en plus finir, vous trouverez probablement votre bonheur à un prix non seulement bas mais surtout juste (vu le temps et l’argent investi) sur le groupe Facebook DIY MaskAttack (on souligne le trait d’humour) qui compte aujourd’hui plus de 10.000 membres.