Vaisselle végétale : pas si verte que ça, selon l'UFC-Que Choisir

Attention : les alternatives végétales à la vaisselle jetable en plastique seraient moins écofriendly que l'on veut nous le faire croire. Selon un nouveau rapport de l'UFC-Que Choisir (France), une cinquantaine de ce type de produits contiendraient des composés toxiques pour l'environnement, mais aussi pour notre santé.

Les alternatives au plastique ne tiennent pas leurs promesses

Assiettes en fibre de palmier, pailles en papier ou en carton, fourchettes en pulpe de canne... Avec l'interdiction progressive de la vaisselle jetable en plastique au sein de l'Union européenne, l'offre de vaisselle végétale s'est rapidement développée. Mais d'après ce nouveau rapport, ces couverts et assiettes ne seraient pas si écolos.

L'association française a passé pas moins de 57 produits au crible, en collaboration avec trois autres associations de consommateurs européennes. Verdict : 66% des produits étudiés contiennent des substances nocives à la fois pour l'environnement et la santé, notamment des perfluorés.

Les matériaux utilisés limitent les possibilités de recyclage

Utilisées pour rendre la vaisselle plus résistante à l'eau et aux graisses, ces substances rendent le compostage de cette vaisselle estampillée "verte" particulièrement complexe car elles peuvent être relâchées dans les sols et polluer l'environnement de manière prolongée.

"Quant au recyclage, s'il est possible pour les produits en papier ou en carton, il n'en est pas de même pour la vaisselle en feuilles de palmier, bambou ou canne à sucre dès lors que les produits sont traités avec un liant hydrophobe, utilisé pour s'assurer qu'ils ne se détrempent pas au contact des aliments", souligne le rapport. 

Certains composés présenteraient des risques pour la santé

Au-delà de l'aspect environnemental, la présence de ces composés s'avère également problématique pour notre santé.

Certains produits pourraient contenir des perfluorés potentiellement cancérogènes, immunotoxiques ou encore soupçonnés d'être des perturbateurs endocriniens.

Les associations soulignent également la présence d'un "effet cocktail" pour certains produits qui cumulent à la fois la présence de perfluorés, de chloropropanols et d'amines aromatiques, également toxiques pour la santé et polluants pour l'environnement. 

À la lumière de ces données, l'UFC-Que Choisir souligne l'importance de définir "une liste précise des matériaux et additifs pouvant être utilisés sans danger comme substituts aux plastiques pour la vaisselle jetable", et de renforcer le contrôle des allégations environnementales, notamment celles relatives au compostage.