Des otaries qui tractent des enfants dans un parc belge : la vidéo fait réagir le monde entier

Cette vidéo fait le tour des réseaux sociaux et scandalise, à raison, la planète entière. On peut y voir une otarie, la corde au cou, tractant un petit bateau avec des enfants dedans.

La vidéo a été prise au parc animalier du Mont Mosan à Huy, dans la province de Liège et partagée sur Facebook par l’organisation de défense des animaux "C’est assez" après avoir été transmise par Aaron Copette, qui a pris la vidéo.

Depuis la mise en ligne le dimanche 9 août, les images ont été vues près d’un demi-million de fois et ont provoqué, naturellement, un énorme scandale sur Internet. De nombreux médias partout dans le monde ont relayé la vidéo et le message de l’association "C’est Assez" qui encourageait les internautes à contacter le parc afin de se plaindre de ces actes qui ne devraient plus avoir lieu en 2020, comme le soulignait Aaron.

Et ce n’est pas la première fois que le Mont Mosan est au cœur d’une polémique concernant les otaries puisqu’en 2018, le président de l’ASBL Wolf Eyes, Jean-Michel Stasse, avait porté plainte contre le parc car le chlore présent dans les bassins rend les otaries et les phoques aveugles.

Le directeur du parc, Jean-Marc Vanberg, contacté par 7sur7 tente de se défendre :

"C’est de la folie furieuse ! Ces derniers jours ont été affreux. Les gens n’ont pas de limite. J’ai reçu des messages d’insultes, des menaces de mort."

Cependant, il n’estime pas que cette attraction soit de la maltraitance animale, "Je pense que les gens devraient davantage faire attention aux massacres de pauvres baleines qui ont toujours cours dans certains endroits du monde au lieu de s’occuper d’un petit parc où les animaux ne sont pas maltraités”, estime monsieur Vanberg.

Christine Grandjean, fondatrice de "C’est assez", a réagi au propos du directeur mais également à la violence qui se déchaîne sur les réseaux : "Vous ne pouvez pas traiter les animaux comme ça ! Mais nous ne voulons pas que le [propriétaire du parc] soit menacé et nous avons modifié notre publication sur Facebook pour demander aux gens d’être plus modérés en le contactant."