Une collision cosmique déclenchant un nouveau type de supernova observée pour la première fois

Une nouvelle étude met en lumière un nouveau type de supernova, déclenchée par une collision avec un objet cosmique provenant d’une autre supernova.

Une supernova est une explosion d’étoile mourante. Il y aurait deux types de supernova : à effondrement de cœur où les étoiles, qui font plus de 10 fois la masse du Soleil, ont utilisé tout leur carburant et qui meurent en laissant derrière elle une étoile à neutrons ou un trou noir ; et les supernovæ thermonucléaires, où une naine blanche, le reste de noyau d’une étoile moins massive, entre en collision avec une autre étoile proche et explose. Il y a quelques mois, une étude avait également mis en évidence l’existence potentielle d’un autre type de supernova : à capture d’électrons.

Aujourd’hui, dans une étude publiée sur Science, des scientifiques affirment avoir (encore) observé un nouveau type de supernova : à effondrement de noyau déclenché par une collision. "C’est la première d’une nouvelle classe de supernovæ", a déclaré à Space l’auteur principal de l’étude, Dillon Dong, astrophysicien à Caltech.


Lire aussi : Le son d’une supernova, la Nasa l’aurait découvert


Les chercheurs ont détecté en 2017 une éruption d’ondes radio extrêmement lumineuse dans le Very Large Array Sky Survey. Baptisée VT J121001 + 4959647, elle serait "la supernova la plus radiolumineuse jamais détectée" selon Dillon Dong. En 2014, ils ont également découvert des jets de rayons X au même endroit, ce serait une supernova d’une étoile proche qui est donc morte et a laissé un cadavre (une étoile à neutrons ou un trou noir). Ce corps céleste mort a arraché du gaz et du plasma à sa compagne proche par attraction gravitationnelle forte, comme l’explique TrustMyScience.

Selon les scientifiques, l’explosion gigantesque a été engendrée par la collision du cadavre de l’étoile et du plasma de sa sœur puis de sa sœur elle-même. "Au fur et à mesure que l’étoile à neutrons ou le trou noir entrent en spirale, on s’attend à ce qu’une grande partie de l’atmosphère de l’étoile se détache et l’éjecte sur de grandes distances", explique Dillon Dong. "Et s’il atteint le noyau, la théorie prédit qu’il peut perturber la fusion, déclencher une supernova et produire les jets que nous avons observés."

La recherche va se poursuivre pour mieux comprendre les interactions de ces systèmes d’étoiles multiples que les scientifiques ont longtemps crus rares alors qu’ils sont très nombreux dans l’Univers.