Un photographe animalier alerte le monde sur la chasse des ours blancs

Un photographe animalier alerte le monde sur la chasse des ours blancs
3 images
Un photographe animalier alerte le monde sur la chasse des ours blancs - © Peter Orr Photography - Getty Images

Depuis 1960, plus de 50.000 ours polaires ont été tués ce qui représente le double du nombre d’ours polaires qui restent dans le monde…

Leur survie est déjà menacée à cause de la fonte des glaces et des effets du changement climatique mais la chasse aux trophées et la demande croissante de peaux d’ours polaires en Chine les poussent encore plus rapidement au bord de l’extinction.

Les ours polaires et l’humain

Le photographe animalier, auteur et écologiste norvégien Ole Jørgen Liodden a étudié, documenté et analysé pendant quatre ans ses observations sur les dangers auxquels est confrontée cette espèce incroyable. Il a publié ses conclusions dans un livre intitulé Polar Bears and Humans.

Bien que les effets du réchauffement climatique sur les ours polaires aient été largement diffusés, il est peu fait mention de l’impact de la chasse aux trophées sur cette espèce.

Sur son site, Liodden explique :

"Aujourd’hui, la plupart des projets de conservation des ours polaires se concentrent uniquement sur le changement et le réchauffement climatique. Il est très important de protéger l’environnement arctique pour sécuriser l’écosystème de ces animaux mais il est également important de protéger les animaux eux-mêmes.

Les ours polaires sont devenus le principal symbole du réchauffement climatique et de grandes campagnes de conservation sont publiées avec des images de cette espèce. Les prélèvements humains (càd les mises à mort) d’ours polaires sont rarement mentionnés dans ces campagnes.

Un gros problème lorsque l’on travaille avec la conservation de l’ours polaire est le fait que les informations sur la chasse à l’ours polaire sont cachées, très limitées, disponibles uniquement pour de courtes périodes ou alors la chasse est qualifiée de "durable" et sans besoin de s’inquiéter."

Une chasse aux trophées qui décime l’espèce

Selon Liodden, la grande majorité des réductions de population au cours des trois dernières décennies doivent être attribuées à une chasse non durable. De plus, pendant au moins les 10 à 15 prochaines années selon lui, la chasse continuera très probablement à jouer un rôle majeur dans la diminution des populations d’ours polaires.

Malgré cela, la majorité des gens ne savent pas combien d’ours polaires sont tués chaque année ni où précisément.

Dans une interview avec le Mirror, Liodden a souligné la nécessité de mettre un terme à la chasse aux trophées avant que les ours polaires ne disparaissent complètement : "Nous devons arrêter la chasse aux trophées et le commerce de la peau. C’est le seul moyen pour les ours polaires de survivre."

Parce qu’en plus de décimer l’espèce, les chasseurs ciblent les ours mâles les plus sains et les plus forts, ne laissant que les animaux les plus faibles pour se reproduire et transmettre leurs gènes.

La chasse à l’ours polaire est l’une des gratifiantes pour les chasseurs mais aussi une des moins appropriées puisque cette espèce à un faible taux de reproduction, que les oursons ont un faible taux de survie et que le changement climatique s’occupent déjà de décimer l’espèce.

L’histoire d’une chasse prestigieuse

La chasse aux trophées de l’ours polaire a commencé dans les années 40, en Alaska, aux États-Unis, et à Svalbard, en Norvège, avec seulement quelques animaux tués à l'époque. Cependant, les expéditions ont rapidement attiré de riches clients, alimentant une industrie pour chasser les animaux à grande échelle à renforts d’hélicoptères, avions et bateaux.

En 1957, la Russie met en place une interdiction de la chasse à l’ours polaire, les États-Unis leur emboîtent le pas en 1972 et la Norvège, un an plus tard. La région arctique du Canada est maintenant le seul endroit au monde où la chasse à l’ours polaire est toujours légale.

Liodden a expliqué au Mirror que les dirigeants Inuits au Canada sont contre la chasse aux trophées mais ils sont encouragés par le gouvernement canadien à être guides pour les chasseurs…

Selon les chiffres les plus récents, près de 9000 ours polaires ont été tués par des chasseurs dans l’Arctique entre 2007 et 2016. Sachant qu’il ne reste plus que 20.000 à 25.000 ours polaires dans la nature.