Un nouveau confinement ? Même pas peur avec la ville du futur qui nous attend

Des serres pour faire pousser les légumes, des drones pour assurer la livraison de colis, des imprimantes 3D pour fabriquer nos objets du quotidien… Voilà quelques-unes des caractéristiques d’une ville futuriste qui nous aiderait à vivre un confinement sans aucune crainte. Un cabinet d’architectes espagnol a planché sur le sujet. Présentation.

Ne plus aller au travail. Maîtriser sa peur du contact humain pour faire ses courses. Sinon se contenter de pâtes et de produits secs pour se nourrir – et regretter la saveur des fruits et légumes frais. Le confinement nous a rappelé les choses essentielles de notre quotidien et combien celles-ci l’adoucissaient. Il suffirait donc de pointer tout ce qui nous a manqué durant cette période coincée chez nous pour élaborer les plans d’une nouvelle ville dont les contours nous aideraient à vivre sereinement, dans l’hypothèse d’un nouveau confinement…

Le cabinet d’architectes espagnol Guallart Architects a remporté une compétition de design consistant à imaginer les infrastructures urbaines de la ville de demain, à Xiong’an, une nouvelle zone économique de la province de Hubei en Chine, où près d’un demi-million de personnes ont été reconfinées en juin dernier après un rebond du coronavirus.

D’après les projections de Guallart Architects, on pourrait tout à fait se satisfaire du confinement en construisant une ville autosuffisante.

La biodiversité comme fil rouge de cette ville du futur

Concrètement, il faudrait construire des serres équipées de lampes LED qui recouvriraient toutes les habitations pour assurer la production de fruits et légumes. Elles devraient aussi inclure des cultures hydroponiques, qui permettent de faire pousser des végétaux grâce à des plants hors-sol. Le concept est déjà reconnu pour son gain de place mais aussi sa capacité à donner des résultats sans être trop gourmand en eau. Pour nourrir les habitants, il faut aussi tracer des potagers à partager et faire pousser des herbes aromatiques dans des jardins dédiés.

La nature s’impose au cœur de la structure de ce projet futuriste : des plantes spécifiques sont choisies pour attirer les papillons et chaque appartement dispose de son propre nichoir pour abriter les oiseaux. On pourrait aussi planter des légumes en réutilisant l’eau de pluie collectée.

Remettre la biodiversité au cœur de la vie quotidienne n’empêcherait pas cette ville d’être pratique pour les tâches quotidiennes. Tous les logements seraient équipés d’une connexion 5G pour faciliter le télétravail. Si les plans prévoient de réduire la présence des voitures en privilégiant les drones pour la livraison des commandes passées sur Internet et en instaurant des transports publics ainsi que des taxis électriques, un marché, des boutiques mais aussi une piscine ou même une crèche permettraient de recréer le paysage urbain d’aujourd’hui. Mais, on fréquenterait ces lieux en s’y rendant à vélo de préférence.

Quant aux objets du quotidien, s’ils venaient à manquer ou à casser, des ateliers avec des imprimantes 3D leur redonneraient vie sans jamais devoir faire appel à l’extérieur. Bref, voici la première ville autosuffisante, respectueuse de l’environnement !