Trottinettes électriques: mise en place d'une filière de recyclage en France

Trottinettes électriques: mise en place d'une filière de recyclage en France.
Trottinettes électriques: mise en place d'une filière de recyclage en France. - © Petko Ninov - Getty Images

La Fédération des professionnels de la micro-mobilité (FP2M,), qui regroupe différents acteurs du secteur, va proposer à partir du 1er janvier une filière complète de recyclage des trottinettes électriques, tant pour les particuliers que pour les engins en location.

Ce guichet unique, "permettant à la fois une mutualisation des coûts et des moyens", va être mis en place en partenariat avec les éco-organismes Screlec et Ecologic, spécialisés dans la prise en charge des piles et batteries usagées ainsi que des déchets électroniques, a précisé la FP2M dans un communiqué. Il permettra la récupération des trottinettes sur des sites identifiés, le démantèlement et la séparation des batteries, leur recyclage ou leur réutilisation, le recyclage des engins hors batteries et leur valorisation potentielle.

Durée de vie de 6 mois en libre-service

Le marché des trottinettes électriques dans son ensemble (location, libre-service et vente) représentera en France environ 200.000 engins à recycler et plus de 300 000 batteries en 2020, selon la FP2M. La durée de vie des trottinettes électriques en vente est en moyenne de trois ans.

Environ 10% des batteries reviennent après un an, et plus de 50% la 2ème année, remarque la Fédération.

Côté location et libre-service, la durée de vie d'une trottinette électrique est d'environ six mois, et de trois à six mois pour les batteries, ajoute-t-elle.

"Le recyclage est un sujet qui doit faire écho tant auprès des opérateurs que des utilisateurs de trottinettes électriques. Notre objectif au travers de cette filière est non seulement de valoriser la transparence du recyclage mais aussi de promouvoir le recyclage dans son ensemble auprès du grand public", a commenté le vice-président de la FP2M, cité dans le communiqué. Hors de ce cadre, Jump (une marque de Uber) et le groupe Veolia ont annoncé jeudi la signature d'un contrat pour le recyclage des pièces des vélos et trottinettes électriques proposés en libre-service sans borne par l'opérateur.