Règne animal : les 10 espèces qui vivent le plus longtemps

L’homme rêve parfois d’immortalité ou tout au moins de repousser de façon conséquente les limites de son espérance de vie celle-ci étant établie à 79 ans pour les hommes et 85 ans pour les femmes selon l'Insee. D'après une étude du département de psychologie et de biologie de la Vanderbilt University, ce serait le nombre de neurones corticaux qui détermine l’espérance de vie d’un individuCertains animaux nous détrônent royalement dans ce palmarès et détiennent même des records absolus de longévité.


Lire aussi : Après 105 ans, la mortalité atteindrait un "plateau", selon l’étude de centenaires italiens


Découvrons 10 espèces animales qui vivent le plus longtemps sur terre ou en mer comme répertorié communément par lemagdesanimaux, dailygeekshow et livescience.

La baleine boréale

10 images
© Getty Images

Les profondeurs glacées de l’Arctique et de l’Antarctique conserveraient plutôt bien car on y retrouve la baleine boréale qui peut y vivre jusqu’à 200 ans. C’est un mammifère qui fait partie des espèces animales dont l’espérance de vie est la plus élevée. D'autres individus vivant en milieu marin se défendent assez bien comme nous allons le constater.

La tortue géante

10 images
© Giuseppe Maria Galasso 2011 – guetty image

Elle est légendaire, cette tortue géante des Galapagos peut vivre elle aussi jusqu’à 200 ans si elle évolue en milieu naturel. C’est le reptile qui décroche la plus longue espérance de vie dans sa catégorie. La tortue terrestre la plus âgée et connue à ce jour fut celle vivant aux Seychelles, dénommée Jonathan, et qui a atteint l’âge exceptionnel de 256 ans. Quant à Harriet, une tortue femelle vivant au zoo du Queensland en Australie, elle aurait fait ses adieux à l’âge de 176 ans.

La méduse turritopsis dohrnii

10 images
© Getty Images

Voici un nom bien étrange pour cette méduse pas plus grande que quelques millimètres et qui vit dans des mers tempérées à tropicales. Elle a la faculté exceptionnelle de se régénérer perpétuellement et de vivre ainsi pratiquement éternellement ! Des scientifiques ont démontré, dans une étude sur l'inversion du cycle de vie, la régénérescence des tissus et organes de ces méduses grâce à leurs organismes modulaires qui auraient une durée de vie potentiellement infinie.

L’éponge géante (Anoxycalyx joubini)

10 images
© Getty Images

Grâce à son métabolisme très lent en raison du froid et de l’obscurité, cette éponge de l’Antarctique peut vivre jusqu’à près de 10.000 ans ! On l’associe cependant plus volontiers à une colonie de cellules vivant ensemble qu’à un animal à part entière. La majorité de ses cellules ont la faculté de se renouveler et de perpétuer à l’infini le cycle de la vie.

Le homard géant

10 images
© Getty Images

C’est l’un des crustacés à l’espérance de vie la plus importante. Comme la tortue terrestre, cet animal s’économise fortement, il vit au ralenti, est vite rassasié et son système digestif travaille posément. A ce rythme pépère, le homard peut voir venir longtemps, très longtemps. En 2009, on aurait sauvé de la casserole un spécimen âgé de 140 ans.

L’éléphant d’Asie

10 images
© Getty Images

L’éléphant d’Asie est l’un des mammifères qui peut profiter pleinement et longtemps de la vie. Ils répondent à la règle pratiquement infaillible qui stipule que les animaux avec une masse importante bénéficient d’une longévité plus conséquente. Ces éléphants peuvent ainsi atteindre l’âge de 86 ans.


Lire aussi : Vous pouvez Zoomer avec des éléphants de Thaïlande et aider à leur sauvegarde


Le requin du Groenland

10 images
© Getty Images

L’espérance de vie de ces vertébrés est estimée entre 250 et 500 ans. Mais, un requin peut-il vraiment atteindre l'âge de 500 ans ? Cette longévité puiserait sa source dans son métabolisme très lent qui lui permet de vivre posément et en s’économisant, dans des eaux froides et profondes. C’est principalement dans l’océan Atlantique Nord et Arctique que ces bons vieux requins coulent des jours tranquilles.

La praire d’Islande

10 images
© Getty Images

Le plus ancien spécimen jamais découvert avait atteint l’âge de 507 ans ! C’est la main de l’homme qui a malencontreusement mis fin à la vie de ce mollusque lors de son observation et qui aurait probablement pu couler encore de beaux jours. L’analyse des stries de croissance sur la coquille de cette praire d’Islande permet de déterminer l’âge de ce mollusque bivalve qui aime s’enfuir dans la vase du fond de l’Atlantique, de la mer Baltique mais aussi dans la mer du Nord.

Le ara ararauna

10 images
© Getty Images

Les perroquets sont les seuls oiseaux à avoir une espérance de vie similaire ou plus importante que celle de l’homme selon leur espèce. Un ara ararauna peut quant à lui vivre jusqu’à 100 ans. L’un d’eux aurait même donné ses derniers battements d’ailes alors qu’il avait 104 ans, en Angleterre.

Les moules perlières d'eau douce

La moule perlière contrairement aux autres ne vit pas en mer mais bien dans les cours d’eau douce comme son nom l’indique. Elle fut très prisée pour sa perle nacrée. C’est également grâce à son métabolisme très lent que ce mollusque peut survivre jusqu’à 150 ans. La moule perlière joue un rôle prépondérant dans l’écosystème en garantissant une bonne qualité à l’eau mais elle est à ce jour considérée comme espèce menacée, classée "en danger " par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

Les individus qui présentent un métabolisme lent semblent s’offrir le podium de la longévité, un paramètre inspirant pour nous les hommes qui stimulons plus que de raison nos organismes en vivant souvent à du 100 à l’heure.