Protéger les abeilles des pesticides : une start-up trouve l’antidote

On sait tous les effets néfastes des pesticides sur notre environnement et notamment sur les abeilles qui voient leurs colonies disparaître. En Belgique, on soutiendrait un taux de mortalité des colonies d’abeilles, en raison des pesticides, établi à 23% là où la France, la Suède ou les Pays-Bas soutiendraient quant à eux un taux maximum de 7%.

La disparition des abeilles est un fléau pour notre environnement, pour la vie. C’est pourquoi, face à l’urgence, une start-up s’y est mise dare-dare et plus que jamais pour nous proposer une solution concrète et innovante : ils ont mis au point une microparticule contenant une enzyme qui préserverait les abeilles des pesticides !


Lire aussi : Et si on pratiquait l’apiculture darwinienne pour protéger les abeilles ?


Cette innovation offre un beau battement d’ailes à cette perspective qui n’est nullement envisagée par les chercheurs comme étant une solution pérenne : elle constitue un remède face à l’urgence mais ils plaident cependant pour une suppression radicale des pesticides, notamment dans les milieux agricoles.

Une enzyme qui neutralise les effets nocifs des pesticides

3 images
© Getty Images

Neutraliser les effets toxiques des pesticides sur les abeilles est la promesse contenue dans cette enzyme.

Cette recherche aurait été initiée par James Webb, ingénieur en biologie, à l’Université américaine de Cornell. Le chercheur a d’ailleurs décidé de créer une start-up dénommée "Beemmunity" destinée spécifiquement aux études menées au profit de la préservation des abeilles.

Comme le relate Paolo Garoscio sur Consoglobe.com :

"James Webb a découvert qu’une enzyme, très précisément la phosphotriestérase (OPT), aurait la capacité de protéger les abeilles contre les effets néfastes de certains pesticides. Or, on le sait : les pesticides, notamment les néonicotinoïdes, sont dangereux pour les abeilles".

Les apiculteurs pourraient dorénavant être en mesure de protéger leurs cheptels des pesticides grâce à une microparticule contenant cette enzyme déterminante. Voilà qui met du miel au cœur, c'est un réel souffle d’espoir.


Lire aussi : Quelles fleurs planter pour aider et protéger les abeilles ?


C’est une recherche fondamentale qui fut mise au grand jour dans la revue Nature Food, c’est une réelle avancée scientifique qui offre une réponse effective pour neutraliser les effets néfastes des pesticides sur les abeilles. Les tests effectués sur différentes colonies d’abeilles ont d’ailleurs démontré que :

  • les abeilles ayant absorbé l’enzyme auraient survécu au malathion, un insecticide neurotoxique
  • les autres abeilles ont quant à elles succombé, endéans les cinq jours, avec un taux de mortalité de 100% !

Un antidote Outre Atlantique et au coeur de l’Europe, sous certaines contraintes

Si les tests furent plus que persuasifs et convaincants, ils visent une validation de plus grande envergure. Ce remède innovant devrait déployer ses ailes, au fil du temps, et notamment :

  • outre-Atlantique en 2022
  • en Europe en 2023

Cet antidote efficace butinerait ainsi Outre Atlantique et sur notre continent mais revêt toutefois dans son champ d’action quelques contraintes comme le fait que le produit :

  • doit être appliqué et renouvelé toutes les trois semaines
  • ne soit exploitable que principalement, voire exclusivement, pour les ruches des apiculteurs
  • ne couvre que les abeilles domestiques et non celles butinant librement dans la nature

On peut souligner toute l’avancée scientifique et extraordinaire de telles recherches et tous les bienfaits pour la nature, pour les abeilles. Et de conclure ainsi : just Bee Happy !