Pourquoi les vêtements sont-ils si compliqués à recycler ?

Pourquoi les vêtements sont-ils si compliqués à recycler ?
3 images
Pourquoi les vêtements sont-ils si compliqués à recycler ? - © STORYPLUS - Getty Images

Il est recommandé de trier ses déchets afin de les recycler mais est-il possible de le faire pour tous les déchets? Non. Et une partie de ces déchets difficiles à recycler sont les vêtements. On vous explique.

Soyons honnêtes, nous sommes nombreux-ses à avoir dans nos garde-robes des vêtements que nous ne mettons plus depuis des mois (voir des années) mais qui restent là 'juste au cas où'. Selon une étude, les gardes-robes féminines contiendrait en moyenne 12% de vêtements "inutilisés".

Selon la BBC, aux États-Unis environ 13 millions de tonnes de vêtements ont été jeté ou brûlés en 2017. Pire, on estime que l’Américain moyen jette environ 37 kg de vêtements chaque année. Des chiffres qui donnent le tournis et qui ne sont pas uniquement américains.

Et si vous avez besoin de plus d'arguments écologiques pour comprendre le problème : il faut 10.000 litres d'eau pour confectionner un jeans, l’industrie de la mode est responsable de 10% de toutes les émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial et de 20% des eaux usées.

Une composition hétéroclite qui rend le recyclage complexe

Si le recyclage des déchets est plutôt bon quand il s'agit du papier, du plastique et du verre, celui des vêtements est clairement à la traine puisqu'on estime que seuls 13,6% des vêtements et chaussures jetés aux États-Unis sont recyclés.

Mais pourquoi est-il si difficile de recycler un vêtement?

Une grande partie du problème vient de la manière de fabriquer nos vêtements. On utilise des combinaisons complexes de fibres, de fixations et d'autres accessoires. Ils sont fabriqués à partir de mélanges de fils naturels, de filaments fabriqués à la main, de plastiques et de métaux qui rendent le recyclage compliqué.

"Par exemple, un t-shirt 100% coton contient de nombreux autres composants tels que des étiquettes et des fils à coudre qui sont généralement fabriqués à partir d’un autre matériau comme le polyester", explique Chetna Prajapati, qui étudie les moyens de fabriquer des textiles durables à l’Université de Loughborough au Royaume-Uni. "De même, une paire de jeans est faite de fil de coton qui est généralement mélangé à de l’élasthanne et à d’autres composants tels que des fermetures à glissière, des boutons et du fil à coudre en polyester et teint en utilisant une gamme de colorants."

Un recyclage lent, expertisé et cher

Un second problème qui entre en jeu dans le recyclage des vêtements est la complexité du tri. En effet, les textiles doivent être triés à la main pour séparer les différentes fibres et matériaux ce qui demande beaucoup de travail. En plus d'être très lent et de nécessiter une main-d’œuvre qualifiée.

Pour l'instant, on ne peut pas donner ce travail à des machines parce que les mélanges de tissus modernes sont trop complexes à séparer pour un robot automatisé. Cependant, des chercheurs européens ont développé des techniques qui utilisent des caméras hyperspectrales pour pouvoir identifier les différents types de tissus. Un espoir pour le recyclage des vêtements !

Les bonnes oeuvres reçoivent trop de vêtements

La solution est toute trouvée nous direz-vous : si on ne peut pas les recycler, autant les donner à des gens qui en ont besoin !

Une bonne idée en soit mais qui l'est de moins en moins. En effet, nombreuses sont les œuvres de charité qui reçoivent trop de vêtements (ou chaussures) et doivent en faire le tri. Si les vêtements sont trop vieux, abîmés, de mauvaise qualité ou simplement passés de mode, ils devront les jeter et le problème reste donc le même.

Un recyclage efficace mais à très petite échelle

Malgré toutes ces mauvaises nouvelles, il existe quand même quelques moyens de recycler les textiles jetés mais cela ne se fait qu'à très petite échelle pour l'instant.

"Les mélanges de tissus sont les plus adaptés au recyclage mécanique des fibres, où les tissus sont déchiquetés et tirés pour les transformer en fibres de longueur plus courte", explique Prajapati. Cependant, le résultat de ce procédé de déchiquetage ne permet pas de réutiliser les fibres pour créer de nouveaux vêtements. Il faut donc trouver une autre destination comme de l’isolation thermique ou des tapis dans l’industrie du bâtiment.

Autre moyen de réutiliser ces fibres de qualité moyenne : en isolation acoustique. Les idées et les expériences germent mais la mise en pratique à l’échelle industrielle reste un défi...

Changer le système de base

Les idées et expériences pour recycler au mieux les vêtements se font de plus en plus entendre mais il faut également travailler sur l’origine du problème : la fast-fashion.

Zara a été l’un des inventeurs originaux du système de fast-fashion tel que nous le connaissons, déclare Clare Press, rédactrice en chef de la durabilité d’Australian Vogue et auteur du livre Wardrobe Crisis. "Ne prétendons pas que les gens achètent à Zara des objets à se transmettre de génération en génération dans la famille comme un héritage", dit-elle. "Au cours des 20 dernières années, le système de la mode a complètement changé, passant des soldes saisonnières à une réduction quasi instantanée. Attendre six mois pour acheter un look qui nous plaît semble fou pour la nouvelle génération de fans de mode élevés sur Instagram et du 'voir maintenant, acheter maintenant'."

Ainsi, alors que le recyclage et des tissus plus durables seront un élément clé de la solution, les consommateurs devront eux aussi changer leur comportement si nous voulons réduire l’impact que l’industrie de la mode a sur notre planète.