Pollution automobile : une ONG épingle les hybrides rechargeables

Pollution automobile : une ONG épingle les hybrides rechargeables.
Pollution automobile : une ONG épingle les hybrides rechargeables. - © nrqemi / IStock.com

Les émissions de CO2 des véhicules hybrides rechargeables restent supérieures à ce que les constructeurs annoncent officiellement, assure l'ONG Transport & Environment (T&E), qui a analysé le comportement de trois des modèles les plus vendus en 2020.

"Nos tests montrent que même en conditions optimales, avec une batterie pleine, les voitures polluent plus qu'annoncé", explique Diane Strauss, la directrice France de T&E. "Le gouvernement français doit supprimer au plus vite les aides à l'achat des véhicules hybrides et les incitations fiscales pour les véhicules d'entreprise."

Un nouveau "Dieselgate" ?

La majorité de ces véhicules, dotés d'un moteur thermique et d'une batterie rechargeable sur secteur permettant de rouler en mode 100% électrique sur une petite distance, "sont juste mal conçus. Ils ont des moteurs électriques faibles, des moteurs thermiques volumineux et polluants et se chargent généralement lentement. Les constructeurs français doivent éviter de s'engouffrer dans ce prochain scandale d'émission" de CO2, ajoute-t-elle alors que les ventes de ces véhicules dépassent désormais en France celles des véhicules électriques, selon l'ONG.

Les tests, réalisés par Emissions Analytics sur les gros 4x4 urbains BMW X5, la Volvo XC60 et le Mitsubishi Outlander, révèlent ainsi que les émissions de CO2 sont entre 28% et 89% supérieures à celles que les constructeurs ont annoncées dans des conditions optimales de fonctionnement et avec la batterie chargée à plein.

"Avec une batterie vide, ils ont émis trois à huit fois plus de CO2 que les valeurs officielles et lors d'une conduite en mode recharge de batterie (...), les chiffres étaient trois à douze fois supérieurs", selon l'étude.

Jusqu'en 2019, des études de l'ONG International Council on Clean Transportation (ICCT) ont conclu que les émissions de CO2 en conditions réelles des hybrides rechargeables étaient déjà généralement de deux à quatre fois plus élevées que les mesures communiquées lors de leur processus d'approbation, rappelle T&E.