Pascal Garbe, le jardinier qui veut mettre son jardin dans votre assiette

Pascal Garbe, 51 ans, s’enthousiasme vite. Il peut ainsi vanter le goût de l’hémérocalle, dont il "existe de nombreuses variétés", de l’oseille sanguine aimant "les terres fraîches" ou de ce lotus "si envoûtant".

"Je m’émerveille de tout ce que je vois et de tout ce que je goûte", affirme celui qui a signé une vingtaine d’ouvrages depuis les premiers en 1995. Il s’agissait alors de sept livres édités avec le journaliste et ponte du jardinage, Didier Willery. Un huitième à quatre mains est en préparation pour 2021 : "Toutes les plantes belles et comestibles" après son très apprécié "Tout se mange dans mon jardin".

 

Toujours eu envie d’écrire

Embauché à Metz après un diplôme d’architecte paysagiste obtenu en Belgique pour un poste au Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) de la Moselle (jusqu’en 2004), a très vite l’idée d’écrire. En 1993, il propose une rubrique "la fourchette et le râteau" à un magazine de jardinage. Elle durera trois ans.

"L’objectif était de vérifier si les cuisiniers s’intéressaient vraiment aux jardins comme ils l’affirmaient", explique-t-il. C’est ainsi qu’il rencontrera ses premiers grands chefs.

Premier non anglophone membre du jury du concours international de jardins de Singapour, son statut évolue et d’autres concours font appel à lui : Johannesburg, Philadelphie… Plus tard, il est promu à la présidence de ces mêmes jurys. Ou obtient celle de la Coupe du monde du jardinage au Japon (2014).