Où se réfugier dans le monde si notre société s’effondre ?

Une étude a analysé quels seraient les meilleurs endroits de la planète où se réfugier en cas d’effondrement de la société, il semblerait que les îles soient les mieux placées mais pas n’importe lesquelles !

Selon l’étude publiée dans la revue scientifique Sustainability, un effondrement de la société ne serait pas à exclure dans les (dizaines d') années à venir. Il y aurait plusieurs situations catastrophiques qui pourraient amener à ce genre d’évènement :

  • une pandémie ;
  • une crise climatique ;
  • une crise financière ;
  • la destruction de la nature ;
  • un mixte de plusieurs de ces facteurs.

Comme l’expliquent les chercheurs de l’enquête, selon Geo : "Depuis ses débuts, la civilisation humaine a connu une trajectoire continue de complexité sociopolitique croissante, une tendance qui s’est dramatiquement accélérée récemment. Ce phénomène a entraîné des perturbations de plus en plus graves du système terrestre, qui se sont récemment manifestées par des effets à l’échelle planétaire tels que le changement climatique. Ces effets créent un risque accru d’un événement mondial d’effondrement."

Et la date du Jour de dépassement, qui est plus tôt chaque année, n’est pas pour contredire les propos parfois un peu alarmistes des scientifiques. De plus, des études scientifiques sur la possibilité de rencontrer une civilisation extraterrestre sont très faibles en raison (notamment) de la capacité d’autodestruction des civilisations avancées… donc comme la nôtre.


Lire aussi : Fictions d’hier, Sciences d’aujourd’hui : "Le Jour d’Après" ou l’arrêt du Gulfstream


Comme l’explique The Guardian, les chercheurs ont utilisé les recherches de l’Université américaine de Notre Dame-Global Adaptation Index qui classent les pays en termes de vulnérabilité et de préparation aux changements climatiques en fonction de nombreux critères, dont la capacité à produire de la nourriture pour la population, à maintenir un réseau électrique, à protéger leurs frontières contre les migrations massives et la capacité de production globale.

En conclusion, ce sont les îles des régions tempérées et à faible densité de population qui gagnent la palme :

  • la Nouvelle-Zélande
  • l’Islande
  • la Tasmanie
  • l’Irlande

Selon l’étude, une société mondialisée qui valorise l’efficacité économique nuit à la résilience et une capacité de réserve doit exister dans l’alimentation et d’autres secteurs vitaux afin de maintenir la civilisation intacte.

La Nouvelle-Zélande a le plus haut potentiel pour survivre (relativement) indemne grâce à son énergie géothermique et hydroélectrique, à ses terres agricoles abondantes (ce n'est pas Bilbo le Hobbit qui nous contredira) et à sa faible densité de population humaine (il y a plus de moutons que d'humains, c'est bien connu). C’est pour cette raison que des milliardaires ont déjà commencé à acheter des terrains dans le pays afin d’y construire des bunkers. Digne d’un film de science-fiction, non ?